juillet 2010
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Blogroll

Pages

Blogoliste

Search

FAUX POLITICIENS ET TERROSISME FABRIQUER ENSEMBLE POUR EXTERMINER LA RACE HUMAINE !!!!!!

juillet 31st, 2010 by election2012amourpaixprosperitee

À qui profite le crime ?
Les liens financiers occultes des Bush et des Ben Laden
par Thierry Meyssan*

Les auteurs des attentats du 11 septembre 2001 et les personnes informées de leurs intentions pouvaient anticiper certaines retombées économiques de cette attaque. Dès lors, ils pouvaient engager des manœuvres spéculatives sur les compagnies aériennes propriétaires des avions détournés, sur les sociétés ayant leur siège social dans les tours jumelles du World Trade Center, et sur les assurances concernées. Ils pouvaient aussi anticiper une probable baisse générale de l’ensemble des valeurs cotées en Bourse. Pour ce faire, ils devaient spéculer à la baisse en achetant non pas des actions, mais des “puts”, c’est-à-dire des “options de vente”.

L’identification des initiés ne représente pas seulement un enjeu en matière de fraude boursière, mais surtout un moyen d’établir, directement ou indirectement, l’identité des auteurs des attentats et de leurs complices.

Délits d’initiés

Au lendemain des attentats, des manœuvres caractéristiques du ” délit d’initié ” ont été constatées dans les six jours précédents l’attaque [1]. L’action United Airlines (compagnie propriétaire des avions qui se sont écrasés sur la tour sud du WTC et à Pittsburg) a artificiellement chuté de 42 %. Celle d’American Airlines (compagnie propriétaire de l’appareil qui s’est écrasé sur la tour nord du WTC, et de celui qui se serait écrasé sur le Pentagone) a chuté de 39 %. Aucune autre compagnie aérienne dans le monde n’avait fait l’objet de manœuvres comparables, à l’exception de KLM Royal Dutch Airlines. De sorte que l’on peut déduire qu’un avion de la compagnie hollandaise avait probablement été choisi pour faire l’objet d’un cinquième détournement.

Des agissements identiques ont été constatés sur les options de vente des titres de Morgan Stanley Dean Witter & Co qui ont été multipliées par douze dans la semaine précédant les attentats. Or, cette société occupait vingt-deux étages du WTC. De même pour les options de vente sur les actions du premier courtier en Bourse du monde, Merrill Lynch & Co, dont le siège social se trouve dans un immeuble voisin menacé d’écroulement, qui ont été multipliées par vingt-cinq. Et surtout pour les options de vente sur les actions des assureurs impliqués : Munich Re, Swiss Re et Axa.

La Commission de contrôle des opérations boursières de Chicago a été la première à donner l’alerte. Elle a constaté qu’à la Bourse de Chicago, les initiés avaient réalisé 5 millions de dollars de plus-values sur United Airlines, 4 millions de dollars sur American Airlines, 1,2 millions de dollars sur Morgan Stanley Dean Witter & Co et 5,5 millions de dollars sur Merrill Lynch & Co.

Les autorités de contrôle de chaque grande place boursière recensent les plus-values réalisées par les initiés. Les investigations sont coordonnées par l’Organisation internationale des commissions de valeurs (IOSCO) [2]. Le 15 octobre, elle a tenu une vidéo-conférence où les autorités nationales ont présenté leurs rapports d’étape. Il apparaît que les plus-values illicites porteraient sur des centaines de millions de dollars, constituant le ” plus important délit d’initié jamais commis “.
Il a été possible d’établir que la majeure partie des transactions avait été ” portée ” par la Deutsche Bank et sa filiale américaine d’investissements, Alex. Brown [3]. Cette société était dirigée, jusqu’en 1998, par un personnage haut en couleurs, A. B. Krongard. Capitaine des Marines, féru de tir et d’arts martiaux, ce banquier est devenu conseiller du directeur de la CIA et, depuis le 26 mars, numéro trois de l’Agence de renseignement américaine. Compte tenu de l’importance de l’investigation et de l’influence d’A. B. Krongard, on aurait pu penser qu’Alex. Brown aurait coopéré sans difficulté avec les autorités pour faciliter l’identification des initiés. Il n’en a rien été.
De même, on aurait pu penser que la révélation par Ernest Backes [4], il y a quelques mois, de l’existence d’enregistrements des principales transactions interbancaires par deux organismes de clearing aurait facilité la traque des enquêteurs. Là encore, il n’en a rien été.

Tout se passe donc comme si, malgré les déclarations bellicistes des dirigeants occidentaux, on avait renoncé à mener les investigations jusqu’à leur terme et que l’on avait rapidement déclaré forfait : même lorsque la paix du monde est en jeu, l’opacité des paradis fiscaux ne permettrait pas de ” tracer ” les transactions et de remonter aux criminels.

Au demeurant, les initiés ont prudemment renoncé à percevoir 2,5 millions de dollars de plus-values sur American Airlines qu’ils n’avaient pas eu le temps d’encaisser avant que l’alerte ne soit donnée.

La fortune d’Oussama Ben LadenParallèlement, des investigations poussées ont été conduites pour déterminer l’étendue de la fortune d’Oussama Ben Laden, commanditaire présumé des attentats, et pour repérer les sociétés qu’il contrôle. Diplômé en management et en économie de la King Abdul Aziz University, Oussama Ben Laden est un homme d’affaires avisé. Dès 1979, il fut sollicité par son tuteur, le prince Turki al-Fayçal al-Saud (directeur des services secrets saoudiens de 1977 à août 2001), pour gérer financièrement les opérations secrètes de la CIA en Afghanistan. En quelques années, la CIA investit 2 milliards de dollars en Afghanistan pour faire échec à l’URSS, faisant de ces opérations les plus coûteuses jamais engagées par l’Agence.En 1994, alors qu’il était devenu l’ennemi public des États-Unis et qu’il avait été déchu de sa nationalité saoudienne, Oussama Ben Laden hérita d’environ 300 millions de dollars, correspondant à sa part au sein du Saudi Binladen Group (SBG) [5].

Cette holding, la plus importante d’Arabie saoudite, réalise la moitié de son chiffre d’affaires dans le bâtiment et les travaux publics, et l’autre moitié dans l’ingénierie, l’immobilier, la distribution, les télécommunications et l’édition. Elle a formé une société suisse d’investissements, la SICO (Saudi Investment Company), qui a créé plusieurs sociétés avec des filiales de la National Commercial Bank saoudienne. Le SBG détient d’importantes participations dans General Electric, Nortel Networks et Cadbury Schweppes. Le SBG est représenté aux États-Unis pour ses activités industrielles par Adnan Khashoggi (ex-beau-frère de Mohammed al-Fayed), tandis que ses avoirs financiers sont gérés par le Carlyle Group. Jusqu’en 1996, les montages des filiales du SBG étaient préparés à Lausanne par son conseiller, le banquier nazi François Genoud [6]. Le SBG est indissociable du régime wahhabite, au point d’avoir longtemps été le contractant officiel et unique pour la construction et la gestion des lieux saints du royaume, Médine et La Mecque. De même, il a remporté la majorité des marchés BTP de construction des bases militaires US en Arabie Saoudite et de reconstruction du Koweït après la guerre du Golfe. Le groupe a été fondé en 1931 par le patriarche, cheikh Mohammed Ben Laden. Après son décès accidentel, en 1968, son fils aîné, Salem, lui a succédé. Celui-ci est décédé à son tour dans un ” accident ” d’avion survenu au Texas, en 1988. Désormais, le SBG est dirigé par Bakr, le deuxième fils du fondateur.

Bien que le SBG déclare avoir rompu tout lien avec Oussama Ben Laden depuis 1994, de nombreux auteurs, distinguant le droit positif du droit coutumier, prétendent que le leader intégriste continue à exercer une autorité morale sur lui et à percevoir des dividendes.Oussama Ben Laden [7] a investi son héritage dans la création de plusieurs banques, sociétés agroalimentaires et de distribution au Soudan. Parmi celles-ci, il a placé 50 millions de dollars dans l’Al-Shamal Islamic Bank, dont la Tadamon Islamic Bank (logo ci-dessous à droite) est l’autre actionnaire de référence. Par ce biais, Oussama Ben Laden est le partenaire financier du ministère des Affaires sociales des Émirats Arabes Unis et de la Dar al-Maal al-Islami (DMI, cf. logo ci-contre à gauche) que le prince Mohammad Al-Faisal Al-Saud utilise pour financer au nom de l’Arabie Saoudite l’ensemble des mouvements wahhabites dans le monde.Laden est également réputé détenir des parts dans la Dubaï Islamic Bank de Mohammed Khalfan Ben Kharbash, ministre des Finances des Émirats Arabes Unis. D’abord avec l’appui du colonel Omar Hassan el-Béchir, puis d’Hassan el-Tourabi, il développa diverses compagnies au Soudan, construisant un aéroport, des routes, installant un pipe-line et contrôlant la majeure partie de la production de gomme arabique. Malgré ces réalisations, il fut expulsé du Soudan en 1996. Par ailleurs, Oussama Ben Laden aurait été actionnaire du laboratoire pharmaceutique d’Al-Shifa, suspecté par les États-Unis de préparer des armes chimiques et bombardé à ce titre, en 1998. Enfin, il est suspecté de jouer un rôle central dans le commerce international de l’opium dont l’Afghanistan est le premier producteur mondial.

Oussama Ben Laden exerce une autorité spirituelle sur de puissantes associations caritatives musulmanes, dont principalement l’International Islamic Relief Organisation (IIRO) et la Fondation du beau-frère du roi Fahd, Abdul Aziz al-Ibrahim.
Si l’on ajoute à ces avoirs des stocks d’armes de la première guerre d’Afghanistan qu’Oussama Ben Laden aurait pu conserver, sa fortune peut être évaluée dans une fourchette de 300 à 500 millions de dollars. On est donc bien loin des 6 milliards de dollars évoqués par certaines personnalités politiques.

Quoi qu’il en soit, aucun élément n’a été relevé qui permette de relier les sociétés contrôlées par le leader intégriste aux délits d’initiés du 11 septembre.

Les partenaires financiers d’Oussama Ben Laden

Deux personnalités de premier rang paraissent omniprésentes dans les sociétés d’Oussama Ben Laden : Cheikh Khaled Salim Ben Mahfouz et Saleh Idris.Selon la revue Forbes, Khaled Ben Mahfouz détient la 251ème fortune mondiale, évaluée à 1,9 milliards de dollars. Son père avait fondé la principale banque saoudienne, la National Commercial Bank (photographie ci-contre : le siège de la NCB à Djeddah), qui a créé diverses sociétés avec la SICO du Binladen Group. Sa sœur a épousé Oussama Ben Laden [8]. Jusqu’en 1996, les Ben Mahfouz, comme les Ben Laden, recouraient aux conseils du banquier nazi François Genoud pour les montages de leurs filiales. Khaled Ben Mahfouz dispose d’une résidence à Houston (Texas) et, avec le soutien de la famille Bush, a acheté une partie de l’aéroport de la ville pour sa convenance personnelle. Il possède des sociétés dans le monde entier.

Bien que partenaires réguliers d’Oussama Ben Laden, Khaled Ben Mahfouz est un homme d’affaires respecté sur les places financières internationales. La chose est d’autant plus troublante, qu’il fut au cœur du principal scandale bancaire du début des années 90, le crack de la BCCI [9].
La Bank of Credit and Commerce International (BCCI) était un établissement anglo-pakistanais présent dans soixante-treize pays. Elle était conjointement détenue par trois grandes familles : les Gokal (Pakistan), les Ben Mahfouz (Arabie saoudite) et les Geith Pharaon (Abu Dhabi).
Elle fut utilisée par Ronald Reagan pour corrompre le gouvernement iranien pour qu’il retarde la libération des otages américains de l’ambassade de Téhéran et saboter ainsi la fin de la présidence de Jimmy Carter (opération dite ” October Surprise “). Puis, sous l’impulsion de l’ex-directeur de la CIA et vice-président George Bush (père), l’administration Reagan utilisa encore la BCCI pour faire transiter les dons saoudiens aux Contras du Nicaragua, et pour faire transiter l’argent de la CIA vers les Mujahidines en Afghanistan. La BCCI est également impliquée dans les trafics d’armes du trader syrien Sarkis Sarkenalian, dans le scandale Keatinga aux USA, dans les affaires du trader Marc Rich, dans le financement du groupe Abu Nidal, etc. En définitive, la banque sombra lorsqu’il fut établi qu’elle blanchissait aussi l’argent du Cartel de Medellin. Elle grugea un million de petits déposants lorsqu’elle ferma ses portes.

Le fait que la BCCI a pu être manipulée, sinon créée, par la CIA ne doit pas surprendre. Il existe une longue tradition bancaire dans les services secrets américains depuis la fondation de l’OSS par des juristes d’affaires et des courtiers de Wall Street. Deux anciens directeurs de la CIA, Richard Helms et William Casey, ont travaillé à la BCCI, ainsi que deux prestigieux agents d’influence de la CIA, Adnan Khashoggi et Manucher Ghobanifar (les principaux traders de l’Irangate). Sans parler de Kamal Adham (beau-frère du roi Fayçal et chef des services secrets saoudiens jusqu’en 1977), du prince Turki al-Fayçal al-Saud (chef des services secrets saoudiens de 1977 à août 2001) et d’Abdul Raouf Khalil (directeur adjoint des services secrets saoudiens).Pour mémoire, on notera que la BCCI semble avoir aussi joué un rôle occulte en France. Elle aurait notamment servi à masquer le transfert de technologie nucléaire américano-français vers le Pakistan et à payer la libération d’otages. Un homme d’affaires des Hauts-de-Seine, proche de Charles Pasqua, a été inculpé à l’étranger pour son rôle à la BCCI, indépendamment de ses mises en examen en France dans l’affaire Elf-Thinet. Trois ans après la déconfiture de la banque, ce sont ses anciens dirigeants qui jouèrent les intermédiaires lors de la passation du contrat Sawari-II et organisèrent un système de rétrocommissions censé financer la campagne présidentielle d’Edouard Balladur. Les interrogations soulevées par cette vente de vedettes à l’Arabie Saoudite conduisirent Jacques Chirac, dès son arrivée à l’Élysée, à faire placer sur écoute l’ancien ministre de la Défense d’Edouard Balladur, François Léotard.

La BCCI travaillait en étroite collaboration avec la SICO [10], filiale suisse d’investissement du Saudi Ben Laden Group, et l’on remarquait parmi ses administrateurs, l’un des frères d’Oussama Ben Laden, Salem.

Un an avant sa banqueroute, la BCCI servit à monter une vaste opération d’enrichissement illicite de George Bush Jr, alors directeur d’une petite société pétrolière, Harken Energy Corporation. Harken emporta les concessions pétrolières du Bahrein, comme rétrocommission des contrats américano-koweïtiens négociés par le président George Bush père [11]. Khaled Ben Mahfouz était actionnaire d’Harken à hauteur de 11,5 %. Ses actions étaient ” portées ” par l’un de ses fondés de pouvoir, Abdullah Taha Bakhsh. Tandis que l’un des frères d’Oussama Ben Laden, Salem, était représenté au conseil d’administration d’Harken par son fondé de pouvoir américain, James R. Bath.

Tenu pour solidairement responsable de la faillite de la BCCI, Khaled Ben Mahfouz fut inculpé aux États-Unis, en 1992. Il parvint à faire lever les charges à son encontre, en 1995, à l’issue d’une transaction avec les créanciers de la banque d’un montant de 245 millions de dollars.

Saleh Idris, quant à lui, est le directeur de la Saudi Sudanese Bank, filiale soudanaise de la National Commercial Bank de Khaled Ben Mahfouz. Il était l’associé d’Oussama Ben Laden dans l’usine pharmaceutique d’Al-Shifa. Au Royaume-Uni, Salah Idris est actionnaire majoritaire d’IES Digital Systems, une importante société produisant des matériels de surveillance high-tech.

La baronne Cox s’est étonnée la semaine dernière à la Chambre des Lords qu’IES Digital Systems, assure actuellement la sécurité des sites gouvernementaux et militaires britanniques les plus sensibles [12].

De la BCCI au Carlyle Group

Les principaux responsables et clients de la BCCI se retrouvent aujourd’hui dans le Carlyle Group, un fonds de placement créé en 1987, soit quatre ans avant la déconfiture de la banque. Carlyle gère aujourd’hui un portefeuille de 12 milliards de dollars. Il détient des participations majoritaires dans Seven Up (qui assure la mise en bouteille pour Cadbury Schweppes), Federal Data Corporation (qui a par exemple équipé la Federal Aviation Administration de son système de surveillance du trafic aérien civil) et United Defence Industries Inc. (le principal équipementier des armées américaines, turques et saoudiennes). À travers les sociétés qu’il contrôle, le Carlyle Group arrive au 11ème rang des compagnies d’armement américaines.En 1990, le Carlyle Group a été mis en cause dans une affaire d’extorsion de fonds. Un lobbyiste du Parti républicain, Wayne Berman, avait racketté des fonds de retraite américains pour financer les campagnes électorales des Bush, l’un de ces fonds avait accepté de verser 1 million de dollars au Carlyle Group pour obtenir un contrat public dans le Connecticut.

The Carlyle Group gère l’essentiel des placements financiers du Saudi Binladen Group.

Parmi ses dirigeants, on trouve Sami Mubarak Baarma, le fondé de pouvoir au Royaume-Uni de Khaled Ben Mahfouz, et Talat Othmann, un ancien administrateur de Harken Energy Corporation, la société qui permit à George Bush Jr de s’enrichir illégalement.
Le Carlyle Group est présidé par Frank C. Carlucci (ancien directeur adjoint de la CIA, puis secrétaire à la Défense). Il est conseillé par James A. Baker III (ancien chef de cabinet du président Reagan, puis secrétaire au Trésor, enfin secrétaire d’État sous Georges Bush père) et Richard Darman (ancien directeur du Budget).
Pour le représenter à l’étranger, le Carlyle Group a recours à John Major [13] (ancien Premier ministre britannique) et Georges Bush père [14] (ancien directeur de la CIA, puis président des États-Unis).

En France, le Carlyle Group est devenu l’actionnaire de référence du Figaro (cf. RV 99/0422).

***

Contrairement à une idée reçue, Oussama Ben Laden n’est pas seulement un sous-traitant de la CIA, employé pour combattre le nationalisme arabe, puis l’URSS, au nom de l’islam radical. Il a été - et sa famille reste - l’un des principaux partenaires financiers de la famille Bush.

S’il est exact, comme le prétendent de nombreux officiels américains, que la famille Ben Laden continue à entretenir des relations avec Oussama et à financer ses activités politiques, alors le Carlyle Group, qui gère les placements financiers du Saudi Binladen Group, serait nécessairement impliqué dans les délits d’initiés. Georges Bush père serait alors l’un des heureux bénéficiaires des manœuvres boursières du 11 septembre 2001.

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »

CATASTROFIQUE FUITE PETROLE BP EN CONTINU !!!!

juillet 31st, 2010 by election2012amourpaixprosperitee

Jeudi BP était parvenu à mettre en service son dôme de confinement et à obturer le puits qui fuyait depuis le 20 avril au large du Golfe du Mexique. Une fuite détectée près de ce puits principal cette nuit pourrait mettre en péril l’optimisme des ingénieurs du groupe pétrolier.

Cette énième fuite de pétrole souterraine aux abords du puits endommagé pourrait être due au nouveau dôme de confinement. L’idée de BP était de garder ce système fermé jusqu’à l’achèvement en août des puits secondaires. Ceux-ci sont les seuls capables d’enrayer définitivement la marée noire.

Une lettre de l’amiral Thad Allen, responsable des opérations de lutte contre la marée noire pour l’administration met à mal cette stratégie… “Je vous ordonne de me fournir une procédure écrite pour pouvoir ouvrir la vanne d’étranglement aussi vite que possible sans endommager le puits si la fuite d’hydrocarbone à côté du puits est confirmée”, écrit Thad Allen dans sa missive au directeur de BP Bob Dudley.

La compagnie continue de travailler sur deux puits de dérivation qui doivent intercepter le puits principal à plusieurs km sous terre et permettre de le “tuer” définitivement en le bouchant à l’aide de béton. Cette opération extrêmement complexe et délicate est prévue entre fin juillet et la mi-août.

D’ici là, la possibilité que, emprisonné dans le puits bouché par un gigantesque entonnoir, le pétrole comprimé ne finisse par créer des brèches et par se répandre à nouveau dans l’océan constitue la principale inquiétude des autorités et des ingénieurs de BP.

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »

ISRAEL ET SES ALLIERS VEULENT LE K.O SUR LA TERRE !!!!!!

juillet 31st, 2010 by election2012amourpaixprosperitee

menaces_de_guerre_au_liban.jpgMenaces de guerre au Liban ?

Le Front de la Résistance au sionisme – Iran, Syrie, Hezbollah, Hamas – a gardé toute son unité malgré les manœuvres et intimidations d’Israël et de ses protecteurs Obama et Sarkozy.

Le sionisme ne supporte pas le Liban, pays où le Hezbollah a su conquérir pacifiquement une majorité de l’opinion publique, y compris parmi les Chrétiens (alliance avec le Général Michel Aoun). Voilà pourquoi le Liban et le Hezbollah continuent à être une cible privilégiée de Tel Aviv et de ses serviteurs. L’objectif est clair : créer un climat de tension, pour ensuite en attribuer la responsabilité au Hezbollah et justifier une agression israélienne.

Ainsi récemment, des soldats français de la  FINUL (Force intérimaire des Nations Unies au Liban) ont tenté de désarmer illégalement des membres supposés de la Résistance. La population locale a repoussé les soldats, faisant deux blessés. L’affaire a été portée au Conseil de Sécurité de l’ONU, et Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée, a dû présenter des excuses au nom de la France. Toujours dans le cadre de la stratégie de la tension, l’armée française a procédé le 10 juillet dernier à un important exercice d’évacuation de ses ressortissants.

Par ailleurs, le Tribunal spécial pour le Liban, créé par le Conseil de Sécurité – dont on connaît l’indulgence à l’égard d’Israël – s’efforce de lancer des accusations volontairement provocatrices à l’encontre du Hezbollah, au sujet de l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri (assassinat dont les présumés coupables varient selon les besoins de la politique d’USraël). Enfin, la nouvelle ambassadrice américaine à Beyrouth, Maura Connelly, s’est rangée sur la ligne de George Mitchell, l’envoyé spécial des États-Unis au Moyen-Orient. Le but est d’isoler le Hezbollah afin de permettre une agression israélienne,  qui sera alors présentée comme un conflit Israël - Iran par Hezbollah interposé.

On reconnaît là le procédé bien connu : Israël menace, Sarkozy relaie et amplifie la menace, et enfin Obama donne son feu vert à Tel Aviv, tout en souhaitant la reprise des négociations avec les Palestiniens… !  Cette politique est dangereuse, car on connaît la détermination du peuple libanais à résister à toute agression israélienne. Le dernier conflit n’a-t-il pas été une défaite militaire et morale pour l’entité sioniste ?  La situation également est dangereuse. En effet, une agression contre le Liban pourrait s’étendre à toute la région, jusqu’à  l’Iran, véritable cible d’USraël et de son complice Sarkozy.

Ainsi, la France pourrait se retrouver entraînée dans une guerre aux conséquences incalculables. Une guerre qui ne serait certainement pas celle de ces millions de Français qui se débattent dans la crise économique, mais une guerre pour Tel Aviv, voulue par son lobby sioniste en France.

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »

LE SIONNISME EN FRANCE

juillet 31st, 2010 by election2012amourpaixprosperitee

richard_prasquier_jpost.jpgIl faut redorer le blason du sionisme…

Dans un article paru dans le journal israélien Jerusalem Post le 12 juillet 2010, Richard Prasquier, Président du CRIF, se lamente sur l’indifférence de l’opinion publique française vis-à-vis du prisonnier de guerre israélien Guilad Shalit.

Malgré le battage médiatique orchestré par le CRIF autour du « franco-israélien » détenu par le Hamas, les Français ne semblent pas se sentir très concernés par ce binational, dont la seule et vraie patrie est Israël. C’est d’ailleurs en Israël, alors qu’il servait Tsahal, qu’il a été fait prisonnier, et non pas en France comme soldat de l’armée française. Prasquier constate la « délégitimisation » de l’entité sioniste auprès des Français. Comme il est loin, en effet, le temps où tous les mensonges de la propagande sioniste passaient comme une lettre à la poste…

Aujourd’hui, sionisme et Israël riment avec spoliation de terres en Palestine, purification ethnique, colonisation, Mur de la Haine, assassinats de dirigeants palestiniens à l’étranger… En France, le symbole du sionisme est le CRIF, avec une classe politique aux ordres de ce lobby sioniste. Ce sont les milices du CRIF – Betar et LDJ – qui font leur loi avec la plus totale complicité de l’État. Tout cela est de plus en plus clair pour la majorité des Français, et on comprend aisément qu’il ne soit pas facile de les mobiliser pour une cause aussi injuste que le sionisme et Israël.

Richard Prasquier propose par conséquent une « reconquête » de l’opinion française, même s’il précise que cela sera lent et difficile. Et il propose d’utiliser ce qu’il appelle des « passerelles », qui en bon français signifient trouver les arguments adaptés à ceux que l’on veut convaincre. Bref, pour trouver des défenseurs d’Israël, on dira aux Français ce qu’ils veulent entendre. Aux religieux on parlera des valeurs universelles du judaïsme. Aux islamophobes on présentera le sionisme comme un rempart à l’Islam. Aux progressistes on fera visiter le dernier kibboutz. Et enfin aux ambitieux on fera comprendre les opportunités de carrière qui s’offrent à eux s’ils sont du côté du lobby. 

Par ailleurs l’ennemi est tout désigné, il s’agit du « radicalisme islamique », autrement dit tous ceux que le sionisme désigne ou désignera comme tels. L’objectif du sionisme en France est en effet de cibler un ennemi suffisamment vague et terrifiant, pour cristalliser toutes les peurs, tous les fantasmes et toutes les haines.

La perte de la légitimité d’Israël cause bien des soucis à tous ces sionistes installés en France. Et cela se comprend aisément,  quand on sait que désormais la disparition de l’entité sioniste n’est plus un sujet tabou : la CIA en parle, et en Europe centrale on évoque le retour des colons.

Voilà pourquoi  il faut s’attendre à une offensive sioniste sur le sol français. Cette offensive sera à la fois « culturelle » (invitations à des colloques…) et, si nécessaire, musclée : la provocation des voyous de la LDJ devant l’ambassade d’Iran et les menaces contre M. Dieudonné ne sont peut-être que le prélude à d’autres actions… Le sionisme a toujours su utiliser les divisions de ses ennemis.

Nous les attendons de pied ferme, sans vouloir présumer de nos forces mais en constatant – et cela nous réjouit – que Prasquier et les sionistes avouent être sur la défensive. Nous le savions, mais quand Prasquier le reconnaît et s’en inquiète, alors cela confirme que nous sommes sur la bonne voie !

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »

QUE FAIT NICOLAS SARKOZY

juillet 31st, 2010 by election2012amourpaixprosperitee

salah_hamouri1.jpgLettre de Salah Hamouri à Nicolas Sarkozy

J’espère que vous lirez cette lettre…

Au pays de la révolution française qui a mis fin au féodalisme et à la servitude en propageant à travers le monde les mots de « Liberté – Egalité – Fraternité » ; à Paris, capitale d’un pays qui a résisté hautement pour se libérer de la barbarie d’une armée occupante féroce et brutale ; depuis vos bureaux à l’Elysée ou ceux du Quai d’Orsay – j’espère que vous lirez ma lettre.

Dans l’un de ces bureaux, ma mère a été finalement reçue afin de discuter des moyens pour obtenir ma libération.

Nous savons tous que la démocratie fonde le respect de la diversité des êtres humains. Elle définit les bases légales qui accordent à chacun des droits et des devoirs. Elle prône l’égalité des droits humains et refuse absolument d’établir des différences négatives et ségrégatives selon la couleur de la peau, l’origine, la religion, etc.

Comme citoyen franco-palestinien, je pensais que les autorités françaises se devaient de me protéger (comme elles le font pour tous nos compatriotes français injustement en difficulté dans le monde) alors que je vis dans un pays sous occupation militaire décidée par un gouvernement qui refuse obstinément de reconnaître et d’appliquer le droit international.

Il semblerait que ce gouvernement, le gouvernement israélien, vous ait convaincu que le seul moyen pour moi de retrouver la liberté n’était pas que, lui, fasse, ce qu’il devrait faire pour cela mais qu’en plus de l’injustice que je subis que, moi, je fasse un acte d’humiliation supplémentaire : que je présente des « regrets » devant un tribunal militaire d’occupation.

Je voudrais vous poser une seule question : aurait-il été acceptable pour vous que les résistants français, pendant la seconde guerre mondiale, « regrettent » leurs actes devant des tribunaux d’occupation ou de collaboration ?

Si on ne peut comparer terme à terme les deux situations, il n’en reste pas moins que la Palestine vit aussi sous occupation étrangère depuis maintenant 62 ans. Une occupation brutale qui multiplie les meurtres, qui construit des murs, qui assiège et colonise, qui expulse le plus possible de Palestiniens de leur terre ou de leurs maisons, surtout à Jérusalem-Est où je vis avec ma famille.

Devant cette occupation que vit mon peuple, je ne peux rester ni indifférent ni me taire. Je suis né et j’ai grandi dans un pays occupé et, parce que je ne peux pas me taire, je suis depuis plus de 5 ans en prison. Comment pourrais-je accepter cette occupation que vous-même avez condamnée ? C’est mon droit que de la refuser.

Dans ces conditions il n’est pas pensable une seule minute, qu’en plus de tout cela que je subis, j’en vienne à « regretter » ou à « m’excuser » de quoi que ce soit devant un tribunal militaire d’occupation.

Je soutiens la résistance légitime de mon peuple qui bénéficie de la solidarité des gens libres à travers le monde.

Bien à vous,

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »

LE GENOCIDE EN IRAK SE POURSUIT !!!!!

juillet 31st, 2010 by election2012amourpaixprosperitee

Professeur Chris Busby.Le professeur Chris Bubsy est un scientifique et le directeur de Green Audit, et secrétaire scientifique du comité européen sur les risques liés aux radiations [European Committee on Radiation Risks].

Le professeur Busby a produit beaucoup d’articles sur les radiations, l’uranium et la contamination dans des pays tels que le Liban, le Kosovo, Gaza et naturellement l’Irak.

diffusé sur Al-Jazeera.

Comme certains d’entre vous le savent, Fallujah est une ville interdite. Elle a été soumise à d’intenses bombardements en 2004, avec des bombes enrichies à l’uranium [DU] et au phosphore blanc, et depuis elle est devenue zone interdite – ce qui signifie que les autorités fantoches irakiennes et les forces d’invasion/d’occupation des États-Unis ne permettent à personne d’entreprendre une véritable étude dans Fallujah. Fondamentalement, Fallujah est sous état de siège.

Il est évident que les Américains et les Irakiens savent quelque chose et le cachent au public. Et c’est là qu’entre en scène le professeur Chris Busby. Il était et est toujours résolu à aller au fond de ce qui s’est passé dans Fallujah en 2004.

Étant un des premiers scientifiques dans son domaine, il s’est lancé dans une étude sur Fallujah dont les résultats préliminaires seront publiés dans 2 semaines – si tout se passe bien.

Le professeur Busby a rencontré beaucoup d’obstacles alors qu’il entreprenait ce projet. Ni lui ni personne de son équipe n’a été autorisé à entrer dans Fallujah pour y conduire des entretiens. Mais, dit-il, quand la porte principale se ferme, il faut trouver d’autres portes à ouvrir. Et c’est ce qu’il a fait. Il est parvenu à réunir une équipe d’Irakiens de Fallujah afin que ceux-ci mènent les enquêtes pour lui.

Le projet de recherche s’appuie sur 721 familles de Fallujah, ce qui représente 4500 participants – vivant aussi bien dans des zones à niveau élevé de rayonnement que dans des zones à bas niveau. Les résultats ont été comparés avec un groupe de contrôle – un échantillon du même nombre de familles vivant dans une zone non radioactive dans d’autres pays arabes. Pour les besoins de l’étude ont été choisis trois autres pays pour la comparaison : le Kowéit, l’Egypte et la Jordanie.

Avant d’aborder les résultats préliminaires :

- les autorités irakiennes ont menacé tous les participants de cette enquête d’arrestation et de détention si elles coopéraient avec les « terroristes » qui les interviewaient. En d’autres termes, elles ont été menacées d’être sous le coup de la loi anti-terroriste.

- Les forces des États-Unis ont interdit au Dr. Busby de recueillir n’importe quelle donnée, arguant du fait que Fallujah est une zone insurrectionnelle.

- Les médecins de Fallujah ont décliné la demande de passer dans le programme télévisé d’Ahmad Mansour parce qu’ils avaient reçu plusieurs menaces de mort et craignaient pour leurs vies.

En d’autres mots, l’étude a été entreprise dans des conditions très difficiles et représentant un danger pour la vie [des participants]. Mais elle a néanmoins été menée à bien.

Pourquoi ne permettent-ils aucune mesure des niveaux du radiation dans Fallujah, et pourquoi ont-ils même interdit à l’AIEA [nternational Atomic Energy Agency] d’entrer dans la ville ?

Que s’est-il exactement passé dans Fallujah ? Quels étaient les types de bombes utilisées ? Était-ce uniquement des bombes à l’uranium ou y avait-il encore quelque chose d’autre ?

1) Une chose qui est très impressionnante dans Fallujah est que les taux de cancer ont nettement augmenté dans un très court laps de temps, en fait depuis 2004. Voici des exemples fournis par le Dr. Busby :

- le taux de leucémie d’enfant est de 40 fois plus élevé, depuis 2004, que pendant les années qui précédent. Et comparé à la Jordanie, par exemple, ce taux est de 38 fois plus élevé
- le taux de cancer du sein est 10 fois supérieur à ce qu’il était avant 2004
- le taux de cancer du système lymphatique est de 10 fois supérieur à ce qu’il était avant 2004.

2) Une autre particularité à Fallujah est l’élévation dramatique du taux de mortalité infantile. Comparé à 2 autres pays arabes comme le Kowéit et l’Egypte qui ne sont pas affectés par les radiations, voici les chiffres :

- le taux de mortalité infantile pour Fallujah est 80 enfants en bas âge sur 1000 naissances (80 pour 1000), alors que pour le Kowéit ce taux est de 9 enfants en bas âge sur 1000, et pour l’Egypte de 19 enfants en bas âge sur 1000. (Donc le taux de mortalité infantile en Irak est 4 fois plus élevé qu’en Egypte et 9 fois plus élevé qu’au Kowéit.)

3) La troisième particularité à Fallujah est le nombre de déformations d’origine génétique qui a explosé après 2004. C’est un sujet que j’ai déjà traité dans le passé.

Les rayonnements produits par un agent qui a été employé par « les forces de libération » causent non seulement de très nombreux défauts d’origine génétique mais provoque également, et c’est très important, des changements structurels au niveau cellulaire.

Quelles en sont les conséquences ?

En raison du code génétique des enfants en bas âge de sexe masculin (manque de chromosome X), ceux-ci risquent plus de mourir à la naissance, et les enfants en bas âge de sexe féminin ont plus de chance de survivre à la naissance avec de fortes déformations. Et ici un autre exemple est fourni par le Dr. Busby : avant 2003 les taux de natalité dans Fallujah étaient comme suit : 1050 enfants de sexe masculin pour 1000 enfants de sexe féminin. En 2005, il y a eu la naissance de seulement 350 enfants de sexe masculin pour 1000 bébés de sexe féminin – ce qui signifie que les bébés de sexe masculin ne survivent pas.

Quant aux bébés de sexe féminin, et c’est là que se trouve le pire de la tragédie… les radiations provoquent des changements au niveau de l’ADN, ce qui signifie que ces même enfants de sexe féminin, s’ils survivent et s’ils se reproduisent plus tard, donneront naissance à des filles génétiquement déformées et à des bébés de sexe masculin morts-nés.

Les résultats mentionnés ci-dessus sont corrélés par d’autres études menées sur les enfants des enfants des survivants d’Hiroshima (en 2007) et qui prouvent que même la troisième génération affiche des malformations génétiques comprenant des maladies chroniques (cancer, coeur, etc…) à un taux 50 fois supérieur à la normale. À Chernobyl, d’autre part, les études sur des animaux de la même zone ont prouvé que les effets des rayonnements ont génétiquement modifié 22 générations. En somme les effets des rayonnements sont transmis de gène en gène et ont un effet cumulatif avec le temps (je n’entrerai ici pas dans le détail sur la façon dont cela se réalise. Vous pourrez lire plus d’explications à ce sujet une fois que le document du Dr. Busby sera édité).

Certaines des déformations infantiles sont si terribles qu’Al-Jazeera et la BBC – qui a produit un documentaire sur le même sujet – ont refusé de diffuser certaines images. Les exemples de malformations dont les photos sont en la possession d’Ahmad Mansour sont :

- des enfants nés sans yeux
- des enfants avec deux et trois têtes
- des enfants nés sans orifices
- des enfants nés avec des tumeurs malignes au cerveau et à la rétine de l’oeil
- des enfants nés avec l’absence d’organes vitaux
- des enfants nés avec des membres manquants ou en trop
- des enfants nés sans parties génitales
- des enfants nés avec de graves malformations cardiaques.

Etc …

Sur ces mêmes aspects, les médecins de Fallujah ont été invités pour les besoins de l’étude à noter les taux de malformations à la naissance en l’espace d’un mois et de comparer les chiffres avec le mois qui a précédé. Voici les résultats : en l’espace d’un seul mois, les seules naissances avec malformations dans le mois courant ont augmenté de 3 par rapport au mois qui précède (le mois courant indiqué pour l’étude était février 2010).

L’uranium est introduit dans le sang par la digestion et la respiration. Les quantités extrêmement élevées d’uranium auxquelles les gens de Fallujah ont été soumis expliquent l’élévation vertigineuse des cancers des ganglions, des poumons, des seins et du système lymphatique chez les adultes.

Il y a 40 autres secteurs fortement irradiés en Irak, mais Fallujah est LE PIRE DE TOUS.

Rien qu’avec ces résultats préliminaires, le Dr. Busby et son équipe en ont conclu que par rapport à Hiroshima et à Nagazaki, Fallujah était pire. Et je cite de Dr. Busby : « La situation dans Fallujah est effrayante et affreuse, c’est encore plus dangereux et pire qu’à Hiroshima… »

Parce que le Dr. Busby a été harcelé. Il a vu se réduire ses fonds pour la recherches, et des portes se sont fermées sous sous nez. Il a été menacé (comme l’ont été d’autres scientifiques qui ont conduit des études semblables dans les années 90 en Irak), abandonné par la communauté scientifique, attaqué — en raison de la nature de son travail sur l’Irak. Les implications politiques sont énormes et dangereuses pour les Etats-Unis et leurs seconds couteaux. Cela montre bien que la preuve scientifique que des crimes de guerre ont été commis se trouve vraiment ici à portée de main …

En conséquence, la vie du Dr. Busby a été rendue très difficile. La publication sur les travaux de recherche pour lesquels il a énormément travaillé, a été envoyée au Lancet afin d’être soumise au comité scientifique de la revue. Le Lancet a retourné le projet d’article, disant ne pas avoir le temps de l’étudier. Des laboratoires ayant coopéré dans le passé pour examiner des échantillons les ont cette fois-ci retournés après avoir découvert que ces échantillons venaient d’Irak. Seuls 2 laboratoires sont disposés à examiner les mêmes échantillons pour trouver l’agent exact utilisé dans Fallujah – mais ils sont prêts à le faire uniquement à un prix tout à fait exorbitant à cause de la nature sensible de l’étude. Mais en raison du manque d’argent, le Dr. Busby attend les fonds nécessaires pour faire analyser une vingtaine d’échantillons provenant de Falluja et qu’il conserve soigneusement .

Questionné par Ahmad Mansour sur ce qui l’incitait à persévérer, quand on considère tous les obstacles formidables qu’il a été obligé de surmonter, sa réponse a été :

« Toute ma vie, j’ai cherché la vérité, je suis un chasseur de la vérité dans une jungle de mensonges. J’ai également des enfants. Les enfants sont non seulement notre futur, ils sont les porteurs des générations futures. Depuis 50 ans nous avons souillé la planète (avec les radiations) et nous faisons supporter cet héritage à nos enfants et petits enfants. Nous avons l’obligation pour les gens de Fallujah de découvrir la vérité »

Interrogé sur la façon dont il peut poursuivre ses travaux sans financement et face à des portes se fermant devant lui, il a répondu :

« Je compte sur la bonne volonté de personnes ici et là qui envoient de petites sommes d’argent, et je suis également un fermement persuadé que si la porte principale se ferme, il faut en ouvrir d’autres. Quand il y a une volonté, il y a toujours un chemin. »

Chapeaux bas devant vous ! Professeur Busby…

J’incite toutes les personnes lisant ce courrier, toutes les personnes de conscience, je pousse tous les Irakiens (réagissez ! pour l’amour de Dieu !) et tous les Arabes pour prendre contact avec le Dr. Busby et faire une donation afin que les échantillons provenant de Fallujah puissent être examinés et que la vérité puisse être découverte. Et je finirai ce courrier avec une dernière citation de ce grand homme dévoué :

« La vérité a des ailes qui ne peuvent être coupées. »

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | articles | blog Gratuit | Abus?