janvier 2011
L Ma Me J V S D
« nov   fév »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Blogroll

Pages

Blogoliste

Search

La Vérité sur le Fluor

janvier 17th, 2011 by election2012amourpaixprosperitee

dossier_fluor_200.jpgDepuis plusieurs années, je suis engagé dans un combat contre toutes les formes de pollution! Je prône le respect des lois de la nature, l’application des méthodes préventives et curatives naturopathiques de santé, l’édification d’une société naturiste sociale, laquelle, tout en acceptant du modernisme tout ce qui ne détruit pas le milieu naturel de l’homme, soit profondément axée sur le respect intégral des lois de la nature, lesquelles sont, pour moi, les lois du Créateur. Comme tout le monde, j’ai souvent entendu parler de la fluoration des eaux. Je me suis penché sur cette question et je l’ai étudiée à fond, comme peu l’ont fait! J’en ai déduit que la fluoration chimique des eaux potables est une grave erreur scientifique, Elle représente également une fraude morale, intellectuelle et financière qui doit être énergiquement combattue. Je ne prétends pas que tous ceux qui prônent la fluoration chimique des eaux sont des fraudeurs. Je crois que la plupart sont des gens sincères, soucieux du bien public. Mais, j’estime qu’ils ont insuffisamment étudié cette question. Trop fréquemment, ils se fient aux conclusions d’organismes intéressés à plus d’un point de vue à la fluoration chimique des eaux. De plus, je crois que c’est la méconnaissance tragique des corps médicaux, dentaires et pharmaceutiques en matière de nutrition et de méthodes naturelles de santé qui leur fait endosser cette abominable combine qu’est la fluoration chimique des eaux. De nos jours, la recherche scientifique est très largement dominée par les corporations de produits chimiques, les corporations de produits pharmaceutiques et les trusts alimentaires, comme je l’ai démontré dans un de mes précédents ouvrages: La Réforme Naturiste. À ce titre, la recherche scientifique n’est d’aucune façon objective, contrairement à ce que l’on croit dans une large partie du grand public. Elle est, la plupart du temps, intéressée dans notre système de «capitalisme sauvage».

Docteur Jean-Marc Brunet.

«Une eau potable ne doit contenir ni microbes ni substances chimiques.»

Dr Marcel Chaput.

Trois principaux produits chimiques sont utilisés dans la fluoration de l’eau (pas encore en France). Ce sont :

I) le fluorure de sodium
2) le fluosilicate de sodium
3) l’acide fluosilicique.

Ces trois composés chimiques sont hautement toxiques. Ce sont de véritables poisons ! L’un d’eux, le plus employé d’ailleurs, le fluorure de sodium, a longtemps été utilisé comme poison à rats. Actuellement, on peut encore se procurer du fluorure de sodium dans les pharmacies. On le vend ainsi pour détruire les coquerelles, les fourmis et autres bestioles du genre. On mentionne bien que cette substance est extrêmement toxique. Il ne fait donc aucun doute dans l’esprit de tous et de chacun que le produit chimique utilisé dans la fluoration de l’eau est un poison. Les tenants de la fluoration, tout comme ceux qui s’y opposent, sont parfaitement d’accord sur ce point.

(…)

Il est bien évident que plus un poison est dilué, plus sa toxicité est atténuée. Néanmoins, il n’en demeure pas moins qu’un poison est toujours un poison. Qu’on nous le présente à fortes doses, il est certes plus dommageable. Mais même à petites doses, ses effets demeurent nocifs. Ceci est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit d’une substance que l’organisme ne parvient pas à éliminer complètement. Le fluorure de sodium est l’une de ces substances. Ses effets sont cumulatifs. Les travaux du Dr Wallace Durbin ont démontré ce fait: si petite que soit la dose de fluorure absorbée, elle n’est jamais complètement éliminée par le corps humain. Ainsi, petit à petit, ce poison s’accumule dans l’organisme.

(…)

Les travaux des Docteurs Berry et Trilwood qui ont prouvé qu’une eau contenant vingt (20) fois moins de fluorure de sodium que la dose généralement recommandée, détruit les cellules humaines. Voilà qui illustre bien qu’un poison est toujours un poison, quelle que soit sa concentration !

(…)

Il y a une trentaine d’années, certaines compagnies, dont principalement l’Aluminum Company of America, étaient aux prises avec un problème épineux.
Un des composés naturels de l’aluminium est la cryolithe. Il s’agit d’une roche qui contient à la fois de l’aluminium, du fluor et du sodium. Sa formule chimique est: Na3 AlF6 La cryolithe renferme donc dans sa molécule trois atomes de sodium, un atome d’aluminium et six atomes de fluor. Lorsqu’on veut isoler l’aluminium, on obtient un sel comme résidu, le fluorure de sodium. Il s’agit d’une substance très toxique que l’on ne rencontre pas dans la nature telle quelle. Le fluorure de sodium est donc un produit chimique artificiel. Sa très grande toxicité fait que son commerce est limité. On l’emploie dans la fabrication du poison à rats, comme agent de blanchiment, comme coagulant du caoutchouc, comme fixateur de teintures, etc. Ces débouchés du fluorure de sodium sont largement insuffisants. Des stocks considérables de ce poison s’accumulaient, d’autant plus que les autorités gouvernementales empêchaient les compagnies de déverser ce poison dans les rivières car les poissons mouraient. Ne pouvant en vendre suffisamment et ne pouvant s’en débarrasser facilement, il fallait donc trouver un autre débouché pour le fluorure de sodium. Le problème fut soumis, comme c’est la coutume dans l’industrie, à un organisme spécialisé dans la recherche de solutions.

(…)

«Pour bien comprendre le problème, il faut se reporter à la lin des années trente. Deux grandes industries américaines, celle de l’aluminium et celle des engrais chimiques, étaient alors aux prises avec deux de leurs sous produits, le fluorure de sodium et le fluorosilicate de sodium. Leur problème consistait à se débarrasser de ces sous produits si toxiques et si corrosifs: savoir comment en disposer était devenu un problème sérieux et dispendieux. La seule utilisation qu’on avait pu leur trouver avait été comme poison à rats et comme insecticide. Mais ces substances sont tellement corrosives qu’elles peuvent complètement traverser une plaque d’acier d’un quart de pouce d’épaisseur en quelques minutes. L’industrie agricole enregistrait de grands dommages infligés au bétail et aux récoltes par les effets pernicieux des insecticides à base de fluorure de sodium. En tout, quelque 45 industries avaient à faire face aux problèmes d’élimination du fluorure de sodium comme celles qui produisent la brique, l’acier, l’huile, la tuile, la céramique, plusieurs installations de l’Atomic Energy Commission, etc. Aussi en 1939, l’Université de Pittsburgh aux U.S.A. qui recevait des dons substantiels de l’Alcoa (Aluminum Company of America) chargea le Dr G. J. Cox de trouver une utilisation aux sous produits fluorés de l’industrie de l’aluminium. Ce dernier suggéra de fluorer l’eau potable pour prévenir la carie dentaire chez les enfants.

(…)

Après 4 ans, les statistiques prouvaient que la fluoration causait 50% plus de troubles dentaires que la non fluoration. Et comme si ce n’était pas suffisant, à peu près à la même époque, le Département de Santé de la Ville de Newburgh publiait son rapport annuel qui enregistrait une hausse de 50% dans le nombre des maladies cardiaques et autres maladies des organes à tissu mou. Les tenants de la fluoration étaient complètement confondus.

(…)

Dans leurs efforts pour promouvoir la fluoration, les fluorationnistes utilisent toutes les armes. Le mensonge fait partie de leur arsenal.

(…)

Le fluorure de sodium est-il un produit naturel ? «Non. Il y a des endroits (comme, par exemple, Stratford, Ont.) où l’on trouve du fluorure dans l’eau. Mais les fluorures trouvés dans la nature sont généralement des fluorures de calcium organique combinés avec d’autres éléments naturels qui absorbent et neutralisent les effets toxiques du fluor, et peuvent être assimilés par le corps humain; alors que l’eau artificiellement FLUORÉE est traitée au FLUORURE DE SODIUM, qui est inorganique et est 85 fois plus toxique que le fluorure naturel. Le fluor pur, aussi toxique que l’arsenic, appelé depuis des siècles «le chat sauvage de la chimie», cherche surtout à se combiner au calcium et au phosphore, ce qui le rend toujours dangereux pour le système osseux (calcium) et pour le système nerveux (phosphore).

Docteur Jean-Marc Brunet.

Vous aurez compris l’Horrible Complot des Industries pour se débarrasser d’un déchet Toxique… Un déchet devenu rentable !

Pour aller plus Loin voici un Lien pour lire en Urgence le Livre en entier (fichier PDF), je vous rassure il contient seulement 36 pages :

http://presselibreinternationale.com/fluor/_PDF/dossier_fluor_jmbrunet.pdf

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »

Pourquoi des soldats français meurent-ils en Afghanistan ?

janvier 17th, 2011 by election2012amourpaixprosperitee

Un 53ème militaire français, le caporal-chef Hervé Guinaud (42 ans), vient d’être tué en Afghanistan. Il revient à celui qui l’a envoyé à la mort, d’expliquer aux parents et aux proches de cette victime pourquoi – et au profit de qui – cet homme est mort. C’est donc au Président Sarkozy de s’en expliquer. Mais il ne le fera pas, car il devrait alors révéler que nos soldats meurent en Afghanistan pour l’USraël…

Cette guerre est perdue d’avance, tous les experts sont d’accord sur ce point. Mais alors, pourquoi un tel acharnement ?  La réponse est simple : l’Afghanistan est le passage obligé du gazoduc appelé TAPI (Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde). Ce gazoduc présente aux yeux des sionistes (Tel Aviv et Washington confondus) bien des particularités. Tout d’abord, il permet le transport du gaz turkmène en contournant la République islamique d’Iran, et en évitant la Chine. Par ailleurs, la principale société chargée de ce gigantesque projet est israélienne. Il s’agit en effet du Merhav Group : un ensemble de sociétés toutes liées au Mossad. Son dirigeant est Yossi Maiman, un Israélien né en Allemagne et élevé au Pérou. Il a été l’un des dirigeants du Mossad (dont il est toujours un élément important) en Amérique latine. Aujourd’hui, il se consacre surtout à l’Asie centrale, immense réserve énergétique.

On comprend mieux à présent pourquoi Barack Obama s’est toujours déclaré partisan de continuer la guerre en Afghanistan (il y a envoyé 30 000 hommes avant de recevoir le prix Nobel de la paix !). Et la France ?  Et bien elle obéit à ses maîtres : le lobby sioniste et l’USraël. C’est pour eux que meurent des Français en Afghanistan. La nature sioniste de cette guerre menée par la France est par ailleurs confirmée par le silence de la gauche. L’entendez-vous souvent demander le retrait immédiat de nos troupes ?  Elle préfère plutôt se montrer discrète, et cela se comprend. Il y a en effet deux choses qu’elle ne pourra jamais renier : son passé colonialiste, et sa soumission au sionisme et à l’USraël…

Des Français continueront malheureusement à mourir en Afghanistan pour les intérêts intimement mêlés de Tel Aviv et Washington, par décision de Nicolas Sarkozy, et avec la complicité de la gauche. Une fois de plus, quand il s’agit d’Israël et du sionisme : droite et gauche tombent d’accord. Il est largement temps que les Français le comprennent, et se demandent pourquoi. N’y aurait-il pas un lobby qui sache rassembler la droite et la gauche française quand il le faut ?

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »

L’Europe contribue à l’occupation de la Palestine par Israël…

janvier 17th, 2011 by election2012amourpaixprosperitee

Entretien avec David Cronin*, par Sarah Irving**.

Dans son nouveau livre « Europe’s Alliance with Israel : Aiding the Occupation » (L’Alliance de l’Europe avec Israël : L’aide à l’occupation), le journaliste David Cronin retrace les dédales de la relation de l’État d’Israël avec des institutions comme l’Union Européenne et l’OTAN. Ce faisant, il révèle la mauvaise foi de l’Europe dans ses prétentions à être une force neutre soutenant les droits élémentaires du peuple palestinien. Il répond ici aux questions de Sarah Irving.

Sarah Irving : Jusqu’ici vous vous êtes intéressé aux institutions et aux affaires de l’Europe. Pourquoi avec-vous décidé d’écrire un livre sur les relations de l’Europe avec Israël et la Palestine ?

David Cronin : Pour deux raisons. D’abord, comme membre d’une « Mission pour la Paix » européenne je suis allé en 2001 en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés, peu après les attaques du 11 septembre 2001 aux États-Unis. Je me souviens en particulier d’avoir assisté à une conférence de presse que (l’ancien Premier ministre israélien) Ariel Sharon donnait à l’hôtel du Roi David à Jérusalem et d’avoir été profondément choqué par son arrogance et ses propos au vitriol. Il a commencé par accueillir les personnes présentes dans quelque chose comme –je ne me rappelle pas ses mots exacts– « la capitale éternelle du peuple juif depuis 3000 ans » sans reconnaître d’aucune façon qu’elle était aussi la capitale des deux autres grandes religions monothéistes du monde. Il a dit qu’il se réjouissait chaque fois qu’un Palestinien se faisait sauter dans un attentat suicide, parce que, ce faisant, les Palestiniens se détruisaient eux-mêmes. Cela m’a scandalisé. Une autre chose m’a énormément surpris : il a accusé l’Europe de financer « le terrorisme palestinien ». Je n’avais encore jamais entendu dire cela. C’était complètement nouveau pour moi.

Je suppose que j’étais un peu crédule en pensant qu’il n’y a pas de fumée sans feu, et en en retirant l’impression que l’Union Européenne (UE) soutenait les Palestiniens. Chris Patten était le responsable de la Commission des Affaires Extérieures de l’Europe à l’époque et il présentait très adroitement l’Europe comme « un honnête intermédiaire » en insistant sans cesse sur le fait que l’UE faisait tout ce qu’elle pouvait pour faire avancer « le processus de paix » ; il soulignait que l’UE était le plus grand donateur de l’Autorité Palestinienne et qu’elle aidait à développer un État palestinien embryonnaire. J’ai pris beaucoup de ces affirmations pour argent comptant.

Le tournant pour moi a été tout à fait banal. J’assistais à une conférence organisée par un des Comités de l’ONU sur la Palestine au Parlement Européen de Bruxelles en 2007, et une session traitait des relations de l’UE avec Israël. Pour la première fois j’ai pris conscience de l’autre version des faits et j’ai reçu une information solide sur la profondeur de la collusion entre l’UE et Israël. Je fus frappé par le fait qu’il y a beaucoup d’écrits sur la relation des États-Unis avec Israël mais rien, à part quelques publications académiques, sur la relation entre l’Europe et Israël. J’ai donc pensé que, puisque personne d’autre n’allait écrire un livre sur ce sujet, il fallait que je le fasse.

Sarah Irving : Quel est, à votre avis, le plus puissant « levier » qui peut expliquer l’attitude de l’Europe ? Vous identifiez différents éléments dans votre livre : la culpabilité engendrée par l’Holocauste, des intérêts économiques, l’influence des États-Unis ; quelles sont les influences principales dans ce jeu de forces capitalistes et politiques ?

David Cronin : C’est la combinaison de différents facteurs. Henry Kissinger a dit un jour que l’UE ne serait jamais un acteur significatif au Proche-Orient. Il ne fait aucun doute les États-Unis demeurent l’acteur principal dans la politique mondiale en dépit de la montée de la Chine, mais l’UE est loin de n’avoir aucun pouvoir. Elle est le partenaire commercial principal d’Israël et c’est elle qui consent le plus d’aide à l’Autorité Palestinienne, ce qui lui donne un pouvoir économique important.

L’association entre l’UE et Israël est basée sur l’accord qui a pris effet en 2000 ; l’article 2 de l’accord stipule qu’il est conditionné au respect des droits de l’homme. Les fonctionnaires européens prétendent que la clause des droits de l’homme n’est pas contraignante, mais il y a des hommes de loi pour dire que l’UE elle-même la qualifie d’« élément essentiel ». Elle est clairement contraignante légalement et l’UE a l’obligation d’invoquer cette clause et de punir Israël si nécessaire quand il dépasse les limites. Pour moi le problème est la lâcheté de nos politiciens qui n’ont pas la volonté politique d’affronter le pouvoir hégémonique des Étasuniens ou des Israéliens dans les affaires internationales.

Israël a développé des relations étroites avec l’UE et l’OTAN ; la même stratégie est à l’œuvre dans les deux cas, et parfois ce sont les même personnes qui dirigent le processus. Tzipi Livni, quand elle était ministre des Affaires étrangères (d’Israël) a compris qu’il pouvait être dangereux pour Israël de dépendre uniquement des États-Unis. Elle et ses conseillers ont compris qu’il y avait d’autres pouvoirs qui émergeaient dans le monde. Ils ont obtenu, en novembre 2008, des accords pour améliorer les relations d’Israël avec, tout à la fois, l’UE et l’OTAN. Gabi Ashkenazi, le chef de l’armée israélienne, a rendu visite à l’OTAN plusieurs fois et Israël a participé à des exercices militaires avec l’OTAN. En juillet 2010, plusieurs soldats israéliens furent tués dans un accident d’hélicoptère en Roumanie. Les médias n’y ont accordé que peu d’attention mais cela montre à quel point Israël est impliqué dans les affaires de l’UE et de l’OTAN.

Sarah Irving : Votre livre parle beaucoup du profit qu’Israël tire de cette relation. Mais quel profit en tire l’UE ?

David Cronin : C’est une bonne question parce qu’il n’est pas avéré que ce soit vraiment l’intérêt de l’UE de faire, comme elle l’a fait, copain-copain avec Israël. Il y a une école de pensée –avec laquelle je sympathise– qui défend l’idée que l’UE ferait mieux d’oublier Israël et de concentrer ses efforts à améliorer ses relations avec les états arabes. Mais les facteurs décisifs sont les opportunités commerciales et économiques.

En 2000, selon l’Agenda de Lisbonne, l’UE s’était fixé comme objectif officiel de devenir, dans monde, l’économie la plus avancée basée sur l’information. Mais pendant que les Européens en parlaient, les Israéliens s’y sont mis et l’ont fait. Intel est en train de mettre au point la prochaine génération de puces d’ordinateurs en Israël. Un grand nombre de développements « sexy » sur Internet y ont été développées. Les Israéliens consacrent 5 % de leur PIB à la recherche technologique, environ deux fois plus que les Étasuniens. L’Agenda de Lisbonne avait fixé un objectif de 3 % qui n’a pas été atteint. Donc l’aspect le plus important des relations entre l’UE et Israël est la coopération scientifique. Les Israéliens font partie du Programme de Recherche Scientifique de l’UE depuis les années 1990. J’ai vu quelques chiffres la semaine dernière selon lesquels les Israéliens participent à 800 projets de recherche scientifique pour une valeur de quelques 4,3 milliards d’euros entre 2007 et 2013. La bureaucratie de l’UE a le sentiment qu’il faut avoir de bonnes relations avec les Israéliens à cause de leur supériorité technique.

Le problème est qu’une bonne partie des triomphes techniques dont Israël est si fier a un lien étroit avec l’occupation. Comme je le signale dans mon livre, Elbit (la firme qui fabrique des drones utilisés contre Gaza) et Israel Aerospace Industries figurent parmi les bénéficiaires des subventions de l’UE pour la recherche scientifique. Un contribuable européen contribue donc à développer l’industrie de guerre israélienne.

Sarah Irving : Au dernier sommet de l’OTAN, un nouveau programme de missiles de défense a été annoncé, pour la première fois en collaboration avec la Russie, qui doit apparemment être opéré à partir de navires étasuniens basés en Méditerranée. Quelles implications cela a-t-il pour les relations entre Israël et l’OTAN ?

David Cronin : Elles sont nombreuses. Si on parle de l’attaque de la Flottille (qui transportait de l’aide à Gaza), légalement c’était une attaque contre la Turquie. Le Mavi Marmara était un navire turc et la Turquie, qui est membre de l’OTAN, a demandé que l’ONU se réunisse d’urgence après l’attaque. Imaginez un instant que ce soit la Corée du Nord qui ait fait cela : les feux de l’enfer se seraient déchaînés. Mais c’était Israël. Alors, bien que l’OTAN ait condamné clairement l’attaque, il n’y a eu aucune répercussion à long terme. Je crois même que la Turquie n’a pas cessé sa collaboration militaire avec Israël et que la Turquie a utilisé des armes israéliennes contre les Kurdes dans le nord de l’Irak.

En ce qui concerne le nouveau concept stratégique de l’OTAN et son système de défense antimissile, il y a eu beaucoup de discussions relatives à une participation d’Israël. Je sais que de nombreux responsables de l’OTAN se sont rendus en Israël et il y a eu des entretiens dans la ville de l’aéroport, près de Tel-Aviv, sur la manière dont Israël pouvait collaborer à ce projet. Israël a développé beaucoup de technologies qui intéressent fort l’OTAN, comme le système d’interception de missiles baptisé Iron Dome, aussi les Israéliens sont-ils considérés comme des experts, on les consulte, et il tout à fait probable qu’ils jouent un rôle actif dans le nouveau système de défense qui excite tellement l’OTAN.

Sarah Irving : Des dirigeants, comme Nicolas Sarkozy en France, parlent beaucoup du programme nucléaire iranien mais ne parlent pas de celui d’Israël. Donnez-vous crédit à « l’option Samson », la théorie selon laquelle les nations européennes sont parfaitement conscientes de la menace que représentent les armes nucléaires israéliennes qui pourraient détruire n’importe quelle capitale européenne presque sans avertissement ?

David Cronin : Il faut parfois souligner l’évidence, mais le point le plus important que la plupart des commentateurs malheureusement ne voient pas, c’est le niveau effarant d’hypocrisie qui entoure ce sujet. Nous savons qu’Israël possède une puissance nucléaire tout à fait considérable et ne l’a jamais reconnu. A la différence de l’Iran, ce pays n’a jamais signé le Traité de Non Prolifération Nucléaire et n’autorise aucune inspection de ses installations, mais nous disons aux Iraniens qu’il leur est interdit de développer des capacités nucléaires alors que nous savons parfaitement qu’Israël les possède déjà. Le deux poids deux mesures est flagrant. Pour ce qui concerne « l’option Samson » je pense que c’est une chose que les dirigeants européens ont probablement à l’esprit. Ce n’est pas un sujet que j’ai moi-même approfondi, mais je ne rejette pas cette théorie.

Sarah Irving : Des chercheurs comme Daoud Hamoudi de Stop the Wall, ont exprimé leurs sérieuses préoccupations concernant des zones industrielles qui sont financées sous forme « d’aide » par les pays européens. Cela fait des années que les colonies israéliennes utilisent une main d’œuvre palestinienne sous-payée pour leurs produits d’exportation. Les Zones Franches situées en Afrique Australe ou en Amérique Centrale ont souvent été des endroits où les conditions de travail des ouvriers étaient épouvantables et elles se sont en plus révélé des sources de profit de courte durée car un pays concurrent réussissait toujours à baisser encore plus ses coûts. Est-ce là un avenir que nous pourrions voir en Palestine ?

David Cronin : Il faut se demander pourquoi l’UE soutient si ardemment Mahmoud Abbas et Salam Fayyad. Leur légitimité démocratique est quasiment nulle. Le mandat d’Abbas comme président élu a expiré. L’UE se présente comme une instance qui soutient les principes démocratiques et —à juste titre— demande aux candidats à l’entrée à l’UE de respecter certains standards, mais dès qu’il s’agit des Territoires Palestiniens Occupés tout cela est oublié. L’UE a décidé d’ignorer les résultats de l’élection démocratique de 2006 parce que les Palestiniens, aux yeux de l’UE et des États-Unis, avaient « mal voté ».

Le cas de Salam Fayyad est particulièrement troublant. Voilà un gars qui n’est pas populaire du tout dans son pays, mais que l’Occident adore. Il faut se demander pourquoi, et la seule réponse que je puisse trouver c’est qu’il est complètement imprégné de la vision néolibérale qui règne à Washington et à Bruxelles. Il a travaillé à la Banque Mondiale et au FMI et, comme je le souligne dans mon livre, le papier qu’il a écrit : « Vers un État palestinien » ressemble beaucoup aux programmes d’ajustement structurel que le FMI a imposés à la plus grande partie de l’Afrique dans les années 1980 et se prépare à imposer à mon propre pays, l’Irlande. On parle ici de réduire les salaires des fonctionnaires et les dépenses en général sauf —et c’est significatif— les dépenses de sécurité, et de faire du secteur privé le moteur de la croissance. Et donc votre analyse est tout à fait exacte, l’idée est de faire de la Palestine un atelier de misère au bénéfice d’Israël.

Sarah Irving : Vous avez écrit pour Electronic Intifada un article sur la participation de l’UE à l’entraînement des forces de sécurité de l’Autorité Palestinienne, censées s’inscrire dans la perspective de la construction d’un État palestinien. À quoi ressemble, à votre avis, la vision européenne d’un État palestinien ? Parlons-nous d’un tout petit État doté d’un système de sécurité draconien et d’un régime économique néolibéral ?

David Cronin : Je ne crois pas que j’emploierais ici le mot « vision » ; je ne suis pas sûr que l’UE ait une vision. La « solution de deux États » est une sorte de mantra pour l’UE mais je ne pense pas qu’ils se soient demandé sérieusement ce que cela signifie. Les accords d’Oslo avec tous leurs défauts avaient au moins le mérite de parler de Gaza et de la Cisjordanie comme d’une seule entité, mais à l’heure actuelle il est devenu presque impossible à un Palestinien de voyager d’un territoire à l’autre et Israël contrôle une trop grande partie de la Cisjordanie pour qu’il soit possible de mettre en œuvre la solution de deux États d’une façon viable. Je pense que les représentants de l’UE se cachent derrière la rhétorique en ce moment. Ils ne présentent aucune pensée stratégique à long terme indiquant où ils veulent aller, à part de renforcer leur relation avec Israël aux dépens des Palestiniens.

Il faut se rappeler que l’UE présente la mission de la police COPPS (la mission d’entraînement de l’UE en Cisjordanie) comme la préparation d’une force de police en vue d’un État palestinien indépendant, mais ces policiers n’ont aucune autorité pour arrêter des colons israéliens et n’ont pas le droit d’aller dans le secteur C (la partie de Cisjordanie où, selon les accords d’Oslo, Israël garde le pouvoir de faire respecter la loi, et le contrôle des constructions et des projets). Plus de 60 % de la Cisjordanie n’est pas sous la juridiction de cette force de police. Il y a aussi beaucoup de preuves que l’UE ferme les yeux sur les exactions perpétrées par la police palestinienne. Il y a des preuves de torture recueillies par les organisations des droits de l’homme palestiniennes, et il est donc assez dégoûtant que l’UE présente son action comme une aide bienveillante aux Palestiniens.

Sarah Irving : Un des problèmes avec les livres, c’est qu’ils peuvent être dépassés aussitôt sortis de presse. Y a-t-il de nouveaux développements majeurs que vous voudriez mentionner dans les relations entre l’UE et Israël ?

David Cronin : La chose principale est qu’à l’automne 2010, Kathy Ashton, la responsable de la politique étrangère de l’UE a recommandé qu’Israël soit élevé au rang de « partenaire stratégique ». Ce que ça signifie exactement n’est pas encore clair, mais il semble qu’Israël serait considéré à l’égal de la Chine ou des États-Unis dans l’échelle des priorités officielles de l’UE.

Ashton a été un désastre dans sa relation avec Israël. Pour être honnête, elle a fait quelques fortes déclarations sur Jérusalem et l’expansion des colonies israéliennes, et aussi sur la peine de prison infligée au (militant de base) Abdullah Abu Rahmeh qui a surpris certaines personnes. Mais pour le reste, elle a traité les Israéliens avec des gants. Elle est allée plusieurs fois à Gaza mais elle a refusé de rencontrer le Hamas ; elle a essayé de présenter les missions comme uniquement humanitaires et a minimisé leur portée politique. Quoi que vous pensiez du Hamas, il a gagné une élection qui a été reconnue comme libre et honnête par les observateurs de l’UE eux-mêmes en 2006.

Il est inconcevable que Kathy Ashton se rende n’importe où dans le monde et refuse de rencontrer les leaders politiques locaux. Quand elle était à Jérusalem cet été, elle a donné une conférence de presse conjointe avec (le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor) Lieberman et le seul prisonnier pour lequel elle a exprimé son intérêt, du moins en public, a été Gilad Shalit. Elle a totalement ignoré le fait que, chaque année, Israël emprisonne 700 enfants palestiniens, le plus souvent pour avoir seulement jeté des pierres, et qui subissent souvent des abus en prison. Mais, dans sa sagesse, Kathy Ashton ne semble pas s’intéresser aux abus infligés aux enfants palestiniens ; elle trouve plus intéressant le sort d’un soldat —qui doit certainement être traité avec humanité et libéré— mais qui participait à une occupation militaire brutale.

Sarah Irving : Vous terminez votre livre en disant que l’UE offre des opportunités à ceux qui militent pour la souveraineté palestinienne. Quelles sont à votre avis les tactiques les plus efficaces ? Cela vaudrait-il la peine de prendre les membres du Parlement Européen (MPE) pour cibles ?

David Cronin : Je vais répondre d’abord à la seconde question. J’étais opposé au Traité de Lisbonne mais un de ses bons côtés est qu’il a donné plus de pouvoir au Parlement Européen qui, malgré toutes ses imperfections, est une instance directement élue. Je ne suis pas beaucoup entré dans le détail dans le livre mais, des trois principales institutions de l’UE – le Conseil des Ministres, la Commission, et le Parlement – c’est le Parlement qui a été le moins malléable. Malgré des pressions très fortes, la majorité des membres du Parlement a soutenu le rapport Goldstone sur l’attaque de Gaza de 2008-2009. Plus récemment, le Parlement européen a bloqué un accord technique qui aurait rendu plus facile pour les biens industriels israéliens de se conformer aux règles de l’UE, par l’harmonisation des normes. C’est un sujet assez ennuyeux et pas du tout excitant, mais le Parlement Européen ou en tous cas un de ses comités a posé des questions inhabituelles et a retardé le passage en force de cet accord.

Le Parlement n’est sans doute pas capable de geler toutes relations avec Israël, mais il peut certainement lui rendre la vie plus difficile. Il revient définitivement aux citoyens de l’UE de faire pression sur les membres du Parlement Européen pour les forcer à résister au lobby israélien. Israël se livre à un lobbying intense et il existe un réseau « d’amis d’Israël » qui transcende les partis. Il est donc très important que le Mouvement de Solidarité avec la Palestine contre-attaque ce lobby riche et secret qui essaie d’influencer des institutions clé.

Pour répondre à l’autre question, et pour le dire très simplement et peut-être grossièrement, les gens ordinaires ne peuvent pas attendre que leurs politiciens et leurs fonctionnaires prennent des mesures contre Israël. C’est pourquoi, à mon sens, il faut soutenir la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS). Mais nous ne devons pas oublier que c’est un moyen tactique, non une stratégie complète et qu’il faut utiliser des moyens tactiques complémentaires. Israël investit beaucoup de temps, d’énergie et d’argent pour faire croire qu’elle est « la seule démocratie du Moyen Orient », et le Mouvement de Solidarité avec la Palestine se doit de mobiliser toutes ses ressources pour contrer cette propagande biaisée.

 

Source originale : http://electronicintifada.net

Traduction : Réseau Voltaire

*David Cronin : Né à Dublin en 1971, il est le correspondant à Bruxelles de l’agence de presse Inter Press Service. Il a d’abord occupé cette fonction pour le quotidien irlandais The Sunday Tribune, après avoir travaillé comme chargé de recherches et attaché de presse auprès du Parlement européen. Entre 2001 et 2006, il collabore à European Voice, hebdomadaire du groupe The Economist.

**Sarah Irving : Ecrivain, elle a travaillé avec le Mouvement de Solidarité Internationale en Cisjordanie Occupée en 2001-02 et avec Olive Co-op, pour promouvoir le commerce équitable des produits palestiniens et y a fait des visites de solidarité en 2004-06. Elle écrit maintenant à temps complet sur plusieurs sujets, dont la Palestine. Son premier livre « Gaza : Beneath the Bombs », co-écrit avec Sharyn Lock, a été publié en janvier 2010. Elle travaille en ce moment à une nouvelle édition du Guide de la Palestine Bradt et à une biographie de Leila Khaled.

 

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »

REGARDER LES ATROCITEES DES ARMES OCCIDENTALE !!!!!

janvier 5th, 2011 by election2012amourpaixprosperitee

image_bis_bebe_irak-4bef81-300×238.jpgPourquoi les occidentaux ne se lève-t-ils pas pour protester contre les massacres des musulmans ?

Nous vous en parlions aussi dans un article précédent intitulé : « La vérité sur les terroristes en Irak »

les effets dévastateurs des armes bactériologiques utilisées par l’armée d’occupation américaine en Irak font leurs effet, avec des milliers de victimes qui pour la plupart sont des nouveaux nés.

En effet, avant 2003 naissaient à Fallujah (Iraq), 1050 bébés de sexe masculin pour 1000 bébés de sexe féminin. En 2005, il y a eu la naissance de seulement 350 garçons pour 1000 filles, ce qui signifie que les bébés de sexe masculin ne survivent pas. Le reportage suivant pose la question d’une atteinte criminelle à l’intégrité de l’espèce humaine, pour s’emparer des ressources de l’Irak notamment de son pétrole et aussi pour l’installation de bases militaires stratégiques pour contrôler le Moyen Orient.

Le professeur Busby a produit beaucoup d’articles sur les radiations, l’uranium et la contamination dans des pays tels que le Liban, le Kosovo, Gaza et naturellement l’Irak.

Comme certains d’entre vous le savent, Fallujah est une ville interdite. Elle a été soumise à d’intenses bombardements en 2004, avec des bombes enrichies à l’uranium [DU] et au phosphore blanc, et depuis elle est devenue zone interdite – ce qui signifie que les autorités fantoches irakiennes et les forces d’invasion/d’occupation des États-Unis ne permettent à personne d’entreprendre une véritable étude dans Fallujah. Fondamentalement, Fallujah est sous état de siège.

Il est évident que les Américains et les Irakiens savent quelque chose et le cachent au public. Et c’est là qu’entre en scène le professeur Chris Busby. Il était et est toujours résolu à aller au fond de ce qui s’est passé dans Fallujah en 2004.

Étant un des premiers scientifiques dans son domaine, il s’est lancé dans une étude sur Fallujah dont les résultats préliminaires seront publiés très bientôt incha allah.

Le professeur Busby a rencontré beaucoup d’obstacles alors qu’il entreprenait ce projet. Ni lui, ni personne de son équipe n’a été autorisé à entrer dans Fallujah pour y conduire des entretiens. Mais, dit-il, quand la porte principale se ferme, il faut trouver d’autres portes à ouvrir. Et c’est ce qu’il a fait. Il est parvenu à réunir une équipe d’Irakiens de Fallujah afin que ceux-ci mènent les enquêtes pour lui.

Le projet de recherche s’appuie sur 721 familles de Fallujah, ce qui représente 4500 participants – vivant aussi bien dans des zones à niveau élevé de rayonnement que dans des zones à bas niveau. Les résultats ont été comparés avec un groupe de contrôle – un échantillon du même nombre de familles vivant dans une zone non radioactive dans d’autres pays arabes. Pour les besoins de l’étude ont été choisis trois autres pays pour la comparaison : le Kowéit, l’Egypte et la Jordanie.

les autorités fantoches irakiennes ont menacé tous les participants de cette enquête d’arrestation et de détention si elles coopéraient avec les  »terroristes » qui les interviewaient. En d’autres termes, elles ont été menacées d’être sous le coup de la loi anti-terroriste.

Les forces d’occupations des États-Unis ont interdit au Dr. Busby de recueillir n’importe quelle donnée, arguant du fait que Fallujah est une zone insurrectionnelle.

Les médecins de Fallujah ont décliné la demande de passer dans le programme télévisé d’Ahmad Mansour parce qu’ils avaient reçu plusieurs menaces de mort et craignaient pour leur vie.

En d’autres mots, l’étude a été entreprise dans des conditions très difficiles et représentant un danger pour la vie [des participants]. Mais elle a néanmoins été menée à bien.

Que s’est-il exactement passé dans Fallujah ? Quels étaient les types de bombes utilisées ? Était-ce uniquement des bombes à l’uranium ou y avait-il encore quelque chose d’autre ?

1) Une chose qui est très impressionnante dans Fallujah est que les taux de cancers ont nettement augmenté dans un très court laps de temps, en fait depuis 2004.

le taux de leucémies d’enfants est de 40 fois plus élevé, depuis 2004, que pendant les années qui précédent. Et comparé à la Jordanie, par exemple, ce taux est de 38 fois plus élevé
le taux de cancer du sein est 10 fois supérieur à ce qu’il était avant 2004
le taux de cancer du système lymphatique est de 10 fois supérieur à ce qu’il était avant 2004.

2) Une autre particularité à Fallujah est l’élévation dramatique du taux de mortalité infantile. Comparé à 2 autres pays arabes comme le Kowéit et l’Egypte qui ne sont pas affectés par les radiations, voici les chiffres :

le taux de mortalité infantile pour Fallujah est 80 enfants en bas âge sur 1000 naissances (80 pour 1000), alors que pour le Kowéit ce taux est de 9 enfants en bas âge sur 1000, et pour l’Egypte de 19 enfants en bas âge sur 1000. (Donc le taux de mortalité infantile en Irak est 4 fois plus élevé qu’en Egypte et 9 fois plus élevé qu’au Kowéit.)

3) La troisième particularité à Fallujah est le nombre de déformations d’origine génétique qui a explosé après 2004. C’est un sujet que j’ai déjà traité dans le passé. Mais ce n’était pas une étude complète, et aujourd’hui j’ai appris autre chose. Les rayonnements produits par un agent qui a été employé par « les forces de libération » causent non seulement de très nombreux défauts d’origine génétique mais provoque également, et c’est très important, des changements structurels au niveau cellulaire.

Quelles en sont les conséquences ?

En raison du code génétique des enfants en bas âge de sexe masculin (manque de chromosome X), ceux-ci risquent plus de mourir à la naissance, et les enfants en bas âge de sexe féminin ont plus de chance de survivre à la naissance avec de fortes déformations. Et ici un autre exemple est fourni par le Dr. Busby : avant 2003 les taux de natalité dans Fallujah étaient comme suit : 1050 enfants de sexe masculin

pour 1000 enfants de sexe féminin. En 2005, il y a eu la naissance de seulement 350 enfants de sexe masculin pour 1000 bébés de sexe féminin – ce qui signifie que les bébés de sexe masculin ne survivent pas.

Certaines des déformations infantiles sont si terribles qu’Al-Jazeera et la BBC – qui a produit un documentaire sur le même sujet – ont refusé de diffuser certaines images. Les exemples de

malformations dont les photos sont en la possession d’Ahmad Mansour sont :

des enfants nés sans yeux

des enfants avec deux ou trois têtes

des enfants nés sans orifices
des enfants nés avec des tumeurs malignes au cerveau et à la rétine de l’oeil

des enfants nés avec l’absence d’organes vitaux

des enfants nés avec des membres manquants ou en trop
des enfants nés sans parties génitales
des enfants nés avec de graves malformations cardiaques.

Etc …

voici l’ampleur de la catastrophe, en déformant nos enfants et en les tuant à la naissance les adeptes du satanisme évitent ainsi de devoir faire face au futur moudjahedeen.

N’est pas venu à l’esprit des députés en Europe de demander aux occidentaux de manifester leur indignation pour le massacre des musulmans un peu partout dans le monde?

Peut-être que l’indignation ne se manifeste plus dans le coeur de certains qui on pour conséquences de réveiller les musulmans car la compassion est à géométrie variable chez certains chrétiens sionistes…C’est bien avec des bibles que l’Irak a été envahi ?

En Irak,découper des musulmans au laser n’est pas considéré comme du terrorisme ?

http://www.dailymotion.com/swf/video/x3yvki?width=480&theme=default&foreground=%23F7FFFD&highlight=%23FFC300&background=%23171D1B&start=&animatedTitle=&iframe=0&additionalInfos=0&autoPlay=0&hideInfos=0″> name=”allowFullScreen” value=”true”>http://www.dailymotion.com/swf/video/x3yvki?width=480&theme=default&foreground=%23F7FFFD&highlight=%23FFC300&background=%23171D1B&start=&animatedTitle=&iframe=0&additionalInfos=0&autoPlay=0&hideInfos=0″ width=”480″ height=”360″ allowfullscreen=”true” allowscriptaccess=”always”>
http://www.dailymotion.com/swf/x3yvki_1-2-irak-armes-laser-tactique-a-hau_tech”>1/2 Irak armes Laser Tactique à Haute Energie (THEL)
envoyé par http://www.dailymotion.com/killuminatis”>killuminatis>. - http://www.dailymotion.com/fr/channel/tech”>Vidéos des dernières découvertes scientifiques.

http://www.dailymotion.com/swf/video/x3yvca?width=480&theme=default&foreground=%23F7FFFD&highlight=%23FFC300&background=%23171D1B&start=&animatedTitle=&iframe=0&additionalInfos=0&autoPlay=0&hideInfos=0″> name=”allowFullScreen” value=”true”>http://www.dailymotion.com/swf/video/x3yvca?width=480&theme=default&foreground=%23F7FFFD&highlight=%23FFC300&background=%23171D1B&start=&animatedTitle=&iframe=0&additionalInfos=0&autoPlay=0&hideInfos=0″ width=”480″ height=”360″ allowfullscreen=”true” allowscriptaccess=”always”>
http://www.dailymotion.com/swf/x3yvca_2-2-irak-armes-laser-tactique-a-hau_tech”>2/2 Irak armes Laser Tactique à Haute Energie (THEL) 2/2
envoyé par http://www.dailymotion.com/killuminatis”>killuminatis>. - http://www.dailymotion.com/fr/channel/tech”>Vidéos des dernières découvertes scientifiques.

Des armes bactériologiques, des bombes de toutes sortes, des expérimentations toutes plus abominables les une que les autres, on parle de cadavres pillés de leurs organes, de femmes violées, de civils découpés au laser, que reste-il à tester sur les musulmans?

Un moment donné vous comprendrez bien que l’horreur qui touche notre communauté enferme notre esprit dans un sentiment de protection qui est de ne plus faire confiance à jamais au système hypocrite et meurtrier de la « démoncrassie »…

Si les musulmans avaient un khilafat avec une armée pour la défendre, rien de tout cela n’arriverai…

Il nous faut impérativement revenir au kitab et à la souna, réinstaurer le khilafat chez nous d’abord pour s’en habituer avant son retour réel inchaalah.

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »

LES IMPOTS DES FRANCAIS UTLISES POUR TUER !!!!

janvier 5th, 2011 by election2012amourpaixprosperitee

dette_evolution_avec_et_sans_interets_g-300×193.jpgAprès 9 ans de guerre, l’année 2010 a été de loin la plus sanglante pour les troupes étrangères depuis le début du conflit fin 2001.
Un début de retrait progressif est prévu cette année et d’ici 2014, la totalité des forces d’occupation devraient avoir quitté le pays selon les dires des américanos-sionistes, cependant nous pensons qu’il pourraient décamper plus vite que l’on ne le pense à la lecture des échecs qui se multiplient et que subissent la coalition.Les français s’étonnent de voir grossir leurs factures et les impôts augmenter sans pour autant se soulever contre cette guerre absurde qui plomb l’économie et fait courir des risques inutile à la population…

L’envoi d’environ 1000 hommes de plus en Afghanistan a coûter 150 à 200 millions d’euros à la France, selon le ministre de la défense, Hervé Morin. Sur ce terrain d’opération, la facture s’élèvera au total à environ 300 millions d’euros. 138 millions étaient prévus initialement, pour une présence, avant les renforts, de 2700 hommes.

Cette intervention extérieure est la plus coûteuse de toutes les opérations de l’armée !

Tchad. 1500 soldats sont sur place dans le cadre de l’Eufor, la force européenne d’intervention. Pour cette opération, l’ardoise s’élèvera à 160 millions d’euros . Sans compter les frais de déplacement, de transport et de soutien logistique.

Côte d’Ivoire; La loi de finances table sur une dépense de 136 millions d’euros. Il  reste plus de 1800 soldats sur place aujourd’hui.

Kosovo. La France s’y est engagée en juin 1999. Elle y maintient toujours une présence de 1600 hommes, dans le Nord-est du pays, près de Mitrovica. La mission coûte plus de 85 millions d’euros par an.

Liban. Les soldats ont rejoint la Finul, la Force internationale des Nations-Unies au Liban, pour « donner un coup de main à Israël »( visiblement )…et la encore la facture est de plus de 120 millions d’euros pour les contribuables ! Rappelons que selon le journal koweitien « Al-Rai », citant des sources très proches de la FINUL – Forces des Nations Unies au Liban-sud, une unité de la FINUL s’est secrètement rendue dans la vallée de Slouki, menue d’équipements topographiques et d’un ordinateur portable équipé d’un GPS, sans autorisation officielle du chef de la FINUL le général Alberto Asarta Cuevas, ni même sans la connaissance de l’armée libanaise, et ce dans le but d’enregistrer les coordonnées des bases défensives secrètes du parti chiite Hesbolah…
La FINUL mène au Liban-sud des opérations suspectes d’espionnage selon les journalistes de ce quotidien.

Petit rappel:

« La dette à fin 1979 était de 239 milliards d’euros (*), déjà injustifiables ; la dette à fin 2008 s’établit à 1327 milliards d’euros ! Ainsi, entre 1980 et 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards d’euros et nous avons payé 1306 milliards d’euros d’intérêts.
1327 – 1306 = 21 Milliards d’Euros ! : Si nous avions pu créer notre monnaie — faire exactement ce qu’ont le droit de faire les banques privées —, la dette publique serait quasiment inexistante aujourd’hui.

Georges Pompidou a été le directeur général de la banque Rothschild ; il en était le valet, il n’est par conséquent pas étonnant qu’il ait fait cette loi du 3 janvier 1973 qui interdit à l’État français de battre monnaie et qui a endetté la France d’une façon structurelle et incommensurable auprès de banques privées comme la banque Rothschild.

C’est pourquoi, cette loi, doit s’appeler désormais la loi Rothschild.
NOTE (*) : La dette à la fin 1979 était en réalité de 82,8 milliards d’Euros, soit 21% du PIB ; mais en tenant compte de l’inflation, cela fait aujourd’hui 239 milliards d’Euros.
 »

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »

LE DIABETE PEUT SE GUERIR !!!!

janvier 5th, 2011 by election2012amourpaixprosperitee

La Vérité sur le Diabète

 

Le Paradoxe du Diabète ou Nouvelle Arnaque dévoilée ?

Le diabète se caractérise par une hyperglycémie (taux de sucre élevé dans le sang).
Les traitements du diabète visent à diminuer la glycémie (taux de sucre dans le sang) par exemple par l’insuline…
L’hypoglycémie (donc un glucose sanguin abaissé) qui se produit chez un patient diabétique, est l’un des plus communs types d’hypoglycémie observés dans un service d’urgence ou un hôpital. En général, elle se produit lorsqu’un traitement hypoglycémiant (c’est-à-dire visant à abaisser la glycémie) s’avère excessif et entraîne une chute de la glycémie en-dessous de sa limite inférieure.
L’hyperglycémie n’est pas bonne pour la santé… mais l’hypoglycémie aussi :
- trouble brutal du comportement (colère brutale, comportement brutalement inadapté…) perte brutale de la capacité à exécuter une tâche
- trouble brutal de la vue de la parole, de la marche
- crise d’épilepsie
- immunodéficience c’est-à-dire une chute du système immunitaire
- au maximum perte de connaissance
- coma
- (…)

Chez les diabétiques, pourtant très exposés à l’hypoglycémie par le traitement par l’insuline, la réalité de décès par hypoglycémie, même après injection de doses massives d’insuline, reste sujette à caution alors que pourtant les notices de toutes les insulines signalent ce danger. Le diagnostic d’hypoglycémie est souvent porté à tort chez des individus qui ont des symptômes bien peu spécifiques ou chez des individus qui ont des glycémies basses.
Mais sans symptôme particulier au moment du dosage. La seule preuve, parfois difficile à obtenir est la constatation simultanée des deux (symptômes et glycémie basse).
N’existe-t-il pas un autre moyen simple de lutter contre l’hyperglycémie ?
Si bien-sûre, mais ce n’est pas brevetable…
Lors du jeûne, la glycémie baisse, parfois considérablement…

Dans ce contexte, pourtant, cette baisse ne s’accompagne pas d’anomalie de fonctionnement du cerveau parce qu’un autre carburant que le glucose prend le relais pour assurer les besoins métaboliques du cerveau au cours du jeûne : les corps cétoniques (acétone, acétoacétate et bêta-hydroxybutyrate), produits par le foie à partir des acides gras des tissus graisseux.)
Le temps nécessaire à la mise en jeu de la production de corps cétoniques au cours du jeûne est très variable, moins d’une heure chez le nouveau né, quelques heures chez l’enfant, 24 heures chez l’adulte.
Le soleil fait baisser la glycémie…
Le sport fait aussi baisser la glycémie…

Le sport, le jeûne et le soleil ne sont pas brevetables !

Je trouve que le traitement quotidien de l’insuline est abusif sauf bien sûre pour les gourmands en effet quand un diabétique s’injecte de l’insuline alors que son taux de glucose est bas, je ne vous raconte pas les dégâts !

La gestion du diabète de type 2 par la médecine conventionnelle est un scandale total, disons même purement et simplement criminel.
Le diabète de type 2 est guérissable à 100% sans la prise du moindre médicament (sauf dans de rares cas de personnes âgées dont les capacités de guérison sont extrêmement altérées par des décennies d’abus).
Une activité physique régulière, l’élimination de tout les glucides simples et raffinés de la diète (pas de sucre ni pâte, ni riz, ni pomme de terre, remplacés par des légumes secs et fruits frais) permet la guérison de la plupart des patients. Une fois que les cellules ont recouvré leur sensibilité à l’insuline il est possible de réintroduire les féculents mais en quantité modérée.
L’organisme humain contrairement à la propagande officielle véhiculée par la pyramide alimentaire n’est pas adapté pour avoir une alimentation composée majoritairement de céréales. Si dans l’ancien temps les gens arrivaient à vivre en bonne santé avec une consommation importante d’aliments à base de céréales c’était pour 3 raisons: les céréales absorbés n’étaient pas autant raffinés qu’aujourd’hui, leur activité physique quotidienne était extrêmement importante, la consommation de sucre rapide était quasiment inexistante. Or aujourd’hui si l’on ajoute activité physique insuffisante, consommation massive de glucides raffinés simples ou complexe (pain blanc, riz blanc, sucre) et carence en aliments naturels sains à forte densité nutritionnelle (légumes frais riche en micronutriments) on obtient un cocktail explosif !

Le Dr. Scott Whitaker, auteur du best-seller MediSin a dit : « Sans aucun doute, avec une alimentation de qualité, incluant du chrome (GTF - facteur de tolérance au glucose), cela permettra d’éliminer le diabète dans les 6 semaines avec de l’huile de foie de morue et un régime qui a éliminé toutes les céréales transformées et les sucres raffinés ».

En effet le chrome est un oligo-élément essentiel à la santé humaine. Bien qu’on n’ait pas encore totalement élucidé son mode d’action, on sait qu’il augmente la sensibilité des tissus à l’insuline, ce qui contribue à normaliser et à stabiliser le taux de sucre dans le sang, ainsi qu’à réguler les taux d’insuline sanguins. Le chrome joue également un rôle dans le métabolisme des gras et des protéines, et favorise l’action de plusieurs enzymes nécessaires au fonctionnement de l’organisme.
L’agriculture intensive, le raffinage et la cuisson réduisent la teneur en chrome des aliments.

Les aliments les plus riches en chrome sont le foie de veau.
Le brocoli, les haricots verts, les pommes de terre, les céréales à grains entiers, le germe de blé, le gruyère, les prunes, les champignons, les asperges, les viandes et les jaunes d’œufs en contiennent aussi des quantités intéressantes.

Ce dogme est une poule aux œufs d’or pour l’industrie pharmaceutique aux dépends de la Vie et de la Santé.

Triste Réalité Cachée.

… Il faut transmettre le Savoir et la Vérité…
… La Vérité finit toujours par se Savoir…

DJAMELITO

(Mon grand-oncle (son âme repose en paix) qui était diabétique s’était fait amputer une jambe en rentrant de son pèlerinage (à la Mecque).
Mon interprétation personnelle : il a dû faire une hypoglycémie en effet le soleil fait baisser la glycémie, à cela il faut rajouter l’insuline injecté ! L’hypoglycémie a entrainé une chute du système immunitaire et donc infection du pied…)

Le Diabète peut se guérir.


Le diabète prélève une part toujours plus importante des budgets nationaux de la santé alors que le nombre de ceux qui en sont atteints augmente partout dans le monde. Or, en l’absence de prévention primaire, l’épidémie de diabète va continuer de s’étendre. Pire encore, d’après les projections, le diabète devrait devenir l’une des principales causes d’incapacités et de décès dans le monde d’ici les vingt-cinq prochaines années ! Il est donc Temps de rétablir la Vérité.
 

Pour se débarrasser du Diabète, il faut :

- Arrêter le traitement hypoglycémiant.
- Eliminer tous les aliments raffinés (pain blanc, pâtes, riz blanc, sucre… en effet ces deniers ont un index glycémique élevé) et tous les plats préparés industriels.
- Manger des légumes crues dans son alimentation pour au moins1 repas sur les 2 (par exemple une bonne salade, tomates, oignon, persil, ciboulette fraiche de votre jardin, carottes, choux rouges, radis, jeunes pousses d’épinards…).
- Avoir une activité physique régulière.

Pourquoi manger cru ? Lors d’une cuisson l’amidon se transforme en glucose par exemple mais il y a énormément de raisons…

Bref retrouver un régime d’avant

A ceux qui veulent essayer ce retour à un régime d’avant surtout il faut arrêter le traitement hypoglycémiant sinon vous feriez des hypoglycémies.

Ensuite quand vous apercevrez que votre taux de glycémie est stabilisé et redevenu à un taux normal vous pourrez réintroduire certains aliments mais tout en modérant !

Il faut savoir que des études ont été conduites au sein de populations sensibles en Chine : les modifications du mode de vie (régime alimentaire approprié et augmentation de l’activité physique, avec la baisse de poids qui en résulte), accompagnées de programmes éducatifs continuels, ont permis de réduire de près des deux tiers la progression vers le diabète au cours d’une période de six ans (moi je dirai carrément éradiquer le diabète). Ces mesures de prévention auront des effets qui iront bien au-delà du diabète : l’amélioration du régime alimentaire et l’activité physique quotidienne auront également des effets sur l’obésité, les maladies cardio-vasculaires et certains cancers.

Par contre les personnes qui sont dépendantes de l’alimentation actuelle c’est-à-dire les gourmands, doivent prendre un traitement.

Souvent beaucoup de diabétiques suivent un régime. Ensuite ils tombent dans le cercle de l’hypoglycémie. Pourquoi ? Tout simplement car les médecins ne leurs diront jamais d’arrêter le traitement hypoglycémiant.

Pourquoi ? À cause des pépites.
À qui profite le diabète ? À Big Pharma.

Qui payent ?

- En raison de sa chronicité, de la gravité de ses complications et des moyens qui doivent être mis en œuvre pour les combattre, le diabète est une maladie coûteuse, non seulement pour le malade et sa famille, mais aussi pour les autorités sanitaires.
- D’après des études en Inde, une famille indienne à faible revenu dont un membre adulte souffre de diabète consacre 25% de ses ressources à la prise en charge du malade. Aux Etats-Unis d’Amérique, ce chiffre est de 10% pour les familles ayant un enfant diabétique.
- Aux Etats-Unis d’Amérique, le total des dépenses de santé est trois fois plus élevé pour un diabétique que pour une personne qui ne souffre pas de cette maladie. On a calculé par exemple que, dans ce pays, le total des dépenses consacrées aux soins du diabète s’élevait à 44 milliards $$.
- Dans la Région du Pacifique occidental, une analyse récente des dépenses de santé a montré que 16 % des dépenses hospitalières étaient consacrées aux diabétiques. Dans la République des Iles Marshall, le chiffre correspondant est de 25 %. Fidji consacre aux complications du diabète 20 % de ses dépenses de santé à l’étranger, lorsque les possibilités de traitement n’existent pas dans le pays et que les patients sont obligés d’aller ailleurs. Le tout représente des sommes considérables pour des pays qui n’ont guère les moyens de faire des dépenses aussi massives sur des pathologies évitables.
- Les coûts du diabète, qui ne sont pas simplement d’ordre financier, pèsent sur tout à chacun et partout. Il y a aussi des coûts immatériels (douleur, anxiété, inconfort, diminution générale de la qualité de vie, etc.), les plus difficiles à quantifier, dont l’impact est profond sur la vie des diabétiques et de leur entourage.

Ce Protocole est sans Danger !

Avec ce protocole, on va être en carences en glucides ? FAUX car les glucides sont partout même dans les fruits et légumes !

[dailymotion width=”448″ height=”365″]

Le Diabète peut se guérir !
envoyé par 95otilemajD. - Vidéos des dernières découvertes technologiques. type='application/x-shockwave-flash' height='355' width='425'>

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | articles | blog Gratuit | Abus?