mars 2012
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Blogroll

Pages

Blogoliste

Search

SYRIE:DESINFORMATION MEDIATIQUE

mars 18th, 2012 by election2012amourpaixprosperitee

COMPTE-RENDU DE MISSION

imagesca86skzc-faussaire.jpg

“Syrie: une libanisation fabriquée. Compte-rendu de mission d’évaluation auprès des protagonistes de la crise syrienne”, Rapport rédigé en collaboration, Centre international de recherche et d’études sur le terrorisme et d’aide aux victimes du terrorisme (CIRET-AVT) et Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R), Paris, janvier 2012 (traduit en anglais).

Après la Tunisie, l’Egypte, la Libye, le Bahreïn et le Yémen, la Syrie a été touchée par un vaste mouvement de contestation de l’ordre établi.

Mais le « printemps » syrien, expression d’un vrai mouvement populaire et d’une légitime revendication à la libéralisation politique, s’est rapidement transformé, à la fin du printemps, en une crise armée entre une opposition se radicalisant et un régime sécuritaire.

Si elle s’inscrit dans la dynamique des « révolutions » arabes, la situation syrienne s’en distingue toutefois par ses implications internationales.

Ce conflit donne lieu à une préoccupante désinformation et à une falsification des faits qui brouille totalement la réalité de la situation.

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »

JUSTICE ET VERITE COMMENCE ENFIN !!!!Crise en Islande : un ex-premier ministre jugé pour avoir suivi le plan d’austerite du FMI.

mars 18th, 2012 by election2012amourpaixprosperitee

db08359e-d7d4-11e0-879c-fe81f3986023-islandais.jpgL’ancien chef du gouvernement Geir Haarde, dont le procès s’est ouvert ce lundi, devra répondre de sa responsabilité dans l’écroulement du système financier du pays en 2008.

Alors que le spectre d’un effondrement de l’économie semble aujourd’hui écarté en Islande, l’heure est aux règlements de compte. Avec en première ligne, le procès de l’ex-premier ministre Geir Haarde, qui s’ouvre ce lundi. Devant la Landsdomur, unique cour habilitée à juger ministres ou ex-ministres, il doit répondre de sa responsabilité dans l’effondrement du système financier du pays en 2008. En pleine crise financière, les trois plus grandes banques de cette île de l’Atlantique nord ont fait faillite, alors qu’elles détenaient des actifs équivalents à 923% de son PIB. Premier ministre et à la tête du Parti de l’Indépendance (droite), Geir Haarde a été contraint de remettre la démission de son gouvernement en janvier 2009.

L’intéressé, qui encourt jusqu’à deux ans de prison, espère toutefois un non-lieu lors de ce procès, misant sur un abandon pur et simple des poursuites. Pour lui, il ne s’agit que d’une «une farce politique» orchestrée par «de vieux ennemis» d’opposition, aujourd’hui au pouvoir. En témoigne, selon ses avocats, le fait qu’il soit le seul responsable politique à comparaître devant la justice. Ils arguent que la commission parlementaire chargée de déterminer les responsabilités individuelles des anciens membres du gouvernement avait initialement proposé l’inculpation de quatre personnes.

Aux yeux de plusieurs politologues, cette position de bouc émissaire nuit à la crédibilité de la procédure judiciaire. «Malheureusement, l’Althingi (Parlement, dominé par une coalition de gauche, ndlr) n’a pas été malin en décidant de l’inculper», a déclaré le professeur de sciences politiques Gunnar Helgi Kristinsson, de l’Université d’Islande. A l’en croire, «magouilles et histoires personnelles ont pesé lourd» dans les ennuis actuels de l’ex-premier ministre, qui serait victime d’une vengeance de la part d’anciens opposants.

Une enquête européenne

A ce «ménage interne», Reykjavik vient d’ajouter une dimension européenne. Le président islandais Olafur Ragnar Grimsson a demandé dimanche à Bruxelles d’ouvrir une enquête pour déterminer comment elle a pu permettre à la Grande-Bretagne et aux Pays-Bas d’exercer une telle pression sur le pays dans l’affaire de la faillite de la banque Icesave en 2008. Londres et La Haye avaient alors avancé 3,9 milliards d’euros pour indemniser leurs 340.000 ressortissants lésés. Mais les Islandais ont rejeté le remboursement par l’État de cette somme lors de deux référendums. Or, jeudi dernier, la banque Landsbanki, maison-mère d’Icesave, a déclaré avoir récupéré des fonds suffisants pour rembourser tous les dépôts bancaires.

Au lieu de se précipiter et d’accepter des demandes «absurdes» de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas, «l’expérience montre qu’il peut être sage d’attendre», a lancé le président islandais. Des propos qui sonnent comme une leçon pour des responsables européens empêtrés dans la crise de la dette. Tandis que de son côté, l’Islande semble tirée d’affaire, affichant une croissance de 2% au premier trimestre par rapport à la même période l’an passé. De même, les observateurs estiment que le pays pourrait se passer des dernières tranches du prêt de 1,45 milliard d’euros accordé par le FMI après l’effondrement de son système bancaire.

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | articles | blog Gratuit | Abus?