avril 2012
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Blogroll

Pages

Blogoliste

Search

LA PREUVE QUE TOUT TRAITEMENT MEDICAL N’EST QUE DU BISNESS !!!! ALLAH A RAISON LE JEUNE CONTRE TOUS LES MAUX !!!!

avril 1st, 2012 by election2012amourpaixprosperitee

Le jeûne, nouvelle « route thérapeutique » contre le cancer !!

(26.03.12)

Jeûner diminue les effets secondaires de la chimiothérapie.

Le jeûne thérapeutique dans les cliniques Buchinger

Les cliniques Buchinger d’Überlingen et de Marbella, cliniques de jeûne et médecine inté­grative, sont connues depuis respectivement 60 et 40 ans pour leur traitement des maladies ­métaboliques telles que diabète de type 2, hypertension, hypercholestérolémie, tabagisme, ­obésité, et prévention des maladies cardio-vasculaires.

Un autre grand groupe d’indications thérapeutiques comprend les maladies chroniques inflammatoires des articulations et du dos, du système digestif ainsi que les migraines, allergies et maladies de la peau. Les patients des cliniques Buchinger pratiquent le jeûne également en cas de burn-out ou d’humeur dépressive avec fatigue chronique.

Le jeûne, nouvelle « route thérapeutique » contre le cancer ? Des premiers résultats encourageants

Jusqu’à présent, les Cliniques Buchinger proposaient le jeûne thérapeutique comme prévention du cancer et de la récidive tumorale. Avec les publications récentes de Valter Longo, Professeur de Gérontologie et de Biologie à l‘Université de Californie du Sud, la question de l’utilisation du jeûne dans le traitement du cancer se pose dans un nouvel éclairage.

De courtes périodes de jeûne, en expérimentation animale, sont aussi efficaces que la chimio­thérapie pour lutter contre certains cancers, selon une étude du Professeur Longo ­publiée ­mercredi 8 février 2012 aux Etats-Unis, dans la très sérieuse revue « Science ». Cette étude ­démontre que combiner les deux approches, jeûne et chimiothérapie, donne les meilleurs résultats.

« Le jeûne est un cauchemar pour les cellules cancéreuses »

…affirme le Professeur Valter Longo, principal auteur de cette étude. En effet, le glucose, carburant de prédilection des cellules cancéreuses et l’insuline se font rares dans les tissus d‘une personne qui jeûne. Cela entraîne une diminution de l’IGF1, facteur de croissance de la tumeur, et rend la cellule cancéreuse plus vulnérable à la chimiothérapie. Les cellules saines, elles, savent jeûner, c‘est à dire se servir de la graisse mobilisée dans le tissu adipeux comme carburant de substitution du glucose; elles sont ainsi protégées.

Jeûner diminue les effets secondaires de la chimiothérapie

De plus, le patient qui a jeûné avant, pendant et après sa chimiothérapie, ressent moins d’effets secondaires tels que nausées, diarrhées, fatigue et peut regagner le poids perdu plus facilement. La publication des cas de malades ayant jeûné pendant leur chimiothérapie de leur propre initiative, en accord avec leurs oncologues, montre des résultats positifs étonnants. L’idée généralement admise est qu’il faut manger beaucoup pour être fort et résistant. L’amélioration de l’immunité par le jeûne semble encore à beaucoup de personnes être un fait contrintuitif. Une étude à large échelle sur des malades atteints de cancer et jeûnant pendant leur chimiothérapie est en cours et aboutira en 2014.

En attendant, une utilisation prudente du jeûne comme adjuvant thérapeutique du cancer ne peut plus être ignorée. Dans la prévention du cancer et de ses récidives, la restriction calorique et le jeûne accompagné médicalement ont déjà fait leurs preuves.

La rencontre de la communauté scientifique allemande et française, autour du Professeur Valter Longo (University of South California) le 29 février 2012 à la Clinique Buchinger à Überlingen

A la suite de la publication dans « Science » des derniers résultats des travaux du professeur Longo, cliniciens et chercheurs internationaux spécialistes de l’étude du jeûne se sont réunis le 29 février dernier, à la Clinique Buchinger d’Überlingen, autour du Professeur Valter Longo, du Professeur Yvon Le Maho du CNRS de Strasbourg et du Docteur Françoise Wilhelmi de Toledo, médecin spécialiste du jeûne et Directrice Scientifique de la Clinique Buchinger.

Ils ont comparé les résultats de leurs observations et travaux respectifs et échangé longuement avec l’équipe médicale Buchinger. Leur objectif est de collaborer plus étroitement pour déterminer les réponses aux questions suivantes :

– Doit-on recommander aux oncologues et aux patients eux-mêmes la pratique du jeûne court pendant une séance de chimiothérapie et si oui, avec quel protocole ? Comment impliquer les oncologues dans les réflexions concernant le jeûne thérapeutique ?

– Peut-on anticiper des profils de personnes susceptibles de profiter d’un jeûne thérapeutique, non seulement comme prévention mais également comme thérapie adjuvante du cancer ?

– Quelle serait la durée optimale d’un jeûne pour une personne atteinte de cancer ?

– Quels sont les compléments alimentaires, les vitamines, les minéraux et les substances phyto-protectrices qui peuvent agir en synergie avec le jeûne comme thérapie adjuvante du cancer ?

Cette rencontre et ces réflexions communes pourraient aboutir à des études multicentriques internationales.

Liste de publications de Prof Valter Longo

Liste de publications de Prof Yvon Le Maho

Liste de publications de Dr Françoise Wilhelmi de Toledo

A cet effet, la « Maria Buchinger Foundation » fondée en 2011 s’attache à réunir les moyens financiers nécessaires pour soutenir ces recherches.

Le prix « Maria Buchinger » a été créé dans l’objectif de récompenser, tous les deux ans, le meilleur travail scientifique réalisé sur le jeûne.

Le jeûne, une nouvelle « route thérapeutique » contre le cancer dans les Cliniques Buchinger ?

Le Docteur Françoise Wilhelmi de Toledo ­travaille, avec les équipes médicales des Cliniques Buchinger de Marbella et d’Überlingen, à intégrer les résultats de Prof Valter Longo à l’expérience acquise grâce aux enseignements tant du Dr Catherine Kousmine que du Dr David Servan Schreiber. Ils rédigent une « route thérapeutique », notamment contre le cancer. Ces protocoles offrent aux malades atteints du cancer des outils permettant d’avoir un traitement intégratif du cancer, via plusieurs éléments de base :

– Une alimentation anti-cancer, avec la pratique du jeûne ou de la restriction calorique

– Une supplémentation avec vitamines, minéraux et substances phyto-protectrices naturelles

– De l’exercice physique spécifiquement et individuellement adapté

– La stimulation des voies de désintoxication physiologiques ( par l’intestin, le foie, les reins, les poumons et la peau. Eradication des foyers inflammatoires chroniques [dentaires p.ex.] )

– Le développement d’une protection contre les polluants de l’environnement

– La recherche de l’équilibre émotionnel

Ces éléments agissent en synergie pour renforcer le terrain de base de la personne et, dans le cas du cancer, permettent d’optimiser les traitements conventionnels tels que chimiothérapie, radiothérapie et chirurgie.

Pour télécharger: Dossier de presse scientifique

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | articles | blog Gratuit | Abus?