mai 2012
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blogroll

Pages

Blogoliste

Search

SARKOZY TU VAS PAYER POUR TOUS LES MEURTRES DE FEMMES ET D’ENFANTS !!!!

mai 3rd, 2012 by election2012amourpaixprosperitee

sarkozy-en-prison.png

L’administration Obama, en possession, des archives libyennes acheve Sarkozy et le clan Pasqua car ils sont ‘grillés’ et devenus ‘incontrolables’ apres les operations sionistes de Montauban et Toulouse et que la guerre civile a debuté en France sur une provocation du CRIF et du nain déchu

Avis de recherches: Nous voulons la maison mossad-pasqua morte ou vif!

Signé Abu Bama

50 millions pour Sarkozy: l’ancien premier ministre libyen confirme

Par Mediapart.fr,

« Je confirme qu’il existe bien un document signé par Moussa Koussa et qu’un financement a bien été reçu par M. Sarkozy. » L’homme qui parle est celui qui a validé en 2006 le principe d’un financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par la Libye. Baghdadi Ali al-Mahmoudi était le secrétaire général du Comité populaire général, soit le chef du gouvernement libyen, dont les« instructions » sont mentionnées en toutes lettres dans la note du 10 décembre 2006 révélée par Mediapart (lire sous l’onglet Prolonger).

m-baghadadi.png

Aujourd’hui détenu en Tunisie, M. Baghdadi a confirmé, mercredi 2 mai au soir, à Mediapart, par l’intermédiaire de l’un de ses avocats, Me Béchir Essid, tant l’existence de la note signée par Moussa Koussa, ancien chef des services secrets libyens, que le montant de 50 millions d’euros débloqués en 2007 par le régime Kadhafi pour l’actuel chef de l’État français.

Depuis la révélation, samedi 28 avril, de ce document explosif, l’Élysée a fait feu de tout bois contre Mediapart. Dénonçant une« infamie » et un « montage », le président de la République a déposé plainte pour « faux et usage de faux », « recel de ces délits » et « publication de fausses nouvelles » lundi et obtenu, dans l’heure qui a suivi, l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Paris. De son côté, Mediapart a déposé à son encontre, mercredi, plainte pour « dénonciation calomnieuse »(c’est à lire ici).

Dès dimanche, l’Elysée s’est efforcé d’éteindre l’incendie auprès des acteurs de l’ancien régime sur lesquels il a gardé prise. Bachir Saleh, le destinataire de la note, présent à Paris bien que recherché par Interpol, et Moussa Koussa, son signataire, réfugié au Qatar, ont démenti sous couvert de leurs avocats l’existence d’un tel document, évoquant, pour le premier, des « réserves » sur son authenticité et, pour le second, des « histoires falsifiées ».

Quant au chef du Conseil national de transition (CNT), Mustapha Abdeljalil, qui doit son poste à la France, il a assuré n’avoir« retrouvé aucune référence à cette lettre dans les archives libyennes ». Mais le directeur administratif du CNT a immédiatement mis en doute ces affirmations (notre article à lire ici).

Le témoignage qu’apporte aujourd’hui l’ancien premier ministre libyen, Baghdadi Ali al-Mahmoudi, à Mediapart, à travers son avocat, pulvérise les contre-feux présidentiels français. « Nous avons participé à la réussite de M. Sarkozy et au financement de sa campagne présidentielle de 2007 », a fait savoir l’ancien chef de gouvernement par la voix de Me Béchir Essid, qui a rencontré son client en prison pendant plusieurs heures mercredi 2 mai.

« Le montant de 50 millions d’euros est juste »

« Ce financement par M. Kadhafi et la Libye est attesté par un document officiel signé par Moussa Koussa à travers la valise de financement africain », a confirmé M. Baghdadi. Le Libyan African Portfolio (LAP), fonds libyen des investissements africains, présidé par Bachir Saleh, était effectivement le destinataire de l’ordre de paiement pour la campagne de M. Sarkozy dans le document du 10 décembre 2006. Le LAP était considéré comme l’une des caisses noires du régime.

« Le montant de 50 millions d’euros est juste », d’après les déclarations de M. Baghdadi à son avocat, Me Béchir Essid. Ce dernier précise à Mediapart : « Il m’a parlé du financement, du document et du montant ; et le financement a bien été fait de Kadhafi vers Sarkozy ».

Actuellement incarcéré à Tunis, dans l’attente d’une éventuelle extradition vers la Libye, Baghdadi Ali al-Mahmoudi, qui fut premier ministre de 2006 jusqu’à la chute du régime Kadhafi, ne cache pas son incompréhension devant l’engagement de Nicolas Sarkozy dans la guerre, déclenchée au printemps 2011. « Il ne comprend pas la rancune de M. Sarkozy et son acharnement à être l’un des principaux artisans de l’attaque du pays qui l’a financé, soutenu et aidé pour sa campagne à hauteur de 50 millions d’euros », insiste l’avocat. « M. Sarkozy a été l’un des plus haineux contre M. Kadhafi et son régime », ajoute-t-il encore.

L’avocat, ancien bâtonnier de Tunis qui fut emprisonné sous les dictatures de Bourguiba et Ben Ali, a fait savoir à Mediapart qu’il envisageait de tenir, jeudi 3 mai, en fin de matinée à son cabinet, une conférence de presse afin de préciser encore les déclarations explosives de son client.

Arrivé au mois d’août dernier en Tunisie, où il a trouvé refuge pendant la chute de Tripoli, l’ancien chef du gouvernement libyen a été arrêté et condamné pour « entrée illégale » dans le pays, le 22 septembre, avant d’être finalement relaxé par la cour d’appel de Tozeur. Il reste cependant placé sous écrou extraditionnel à la demande de la Libye.

L’association Amnesty International a estimé que le retour en Libye de M. Baghdadi l’exposerait « à de réels risques de graves violations des droits de l’homme, notamment la torture, une exécution extrajudiciaire et un procès injuste ». Des ONG tunisiennes ont également appelé à « ne pas remettre Baghdadi aux autorités libyennes vu l’instabilité de la situation sécuritaire dans le pays ».

——————-

Avec Caroline Donati et Rachida El-Azzouzi

http://www.mediapart.fr/journal/international/030512/50-millions-pour-sarkozy-lancien-premier-ministre-libyen-confirme

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »

Amnesty International appelle le Canada à arrêter George W. Bush le meurtrier !!!!

mai 3rd, 2012 by election2012amourpaixprosperitee

Amnesty International a demandé mercredi aux autorités canadiennes d’arrêter et de poursuivre en justice l’ancien président américain George W. Bush, lors de sa visite au Canada prévue le 20 octobre, l’accusant de “crimes” et notamment de “torture”.Cette demande est contenue dans un mémorandum de mille pages remis par l’organisation humanitaire internationale aux autorités canadiennes le 21 septembre, mais rendu public seulement mercredi.

Bush doit faire un exposé lors d’une conférence économique régionale à Surrey, en Colombie-Britannique dans l’ouest du Canada.

“Le Canada est tenu par ses obligations internationales d’arrêter et de poursuivre en justice l’ancien président Bush, compte tenu de sa responsabilité dans des crimes contre le droit international, dont la torture”, a déclaré
Susan Lee, directrice d’Amnesty pour les Amériques.

“Comme les autorités des Etats-Unis n’ont pas, jusqu’à présent, déféré en justice l’ancien président Bush, la communauté internationale doit intervenir.

Si le Canada s’abstient d’agir pendant sa visite, cela constituera une violation de la Convention des Nations unies contre la torture et sera une manifestation de mépris vis à vis des droits humains fondamentaux”, a-t-elle poursuivi, selon un communiqué.

Le canada accuse Amnesty de “banqueroute morale”

Le ministre canadien de l’Immigration Jason Kenney a répliqué en accusant Amnesty de “choisir soigneusement des cas à exposer, pour des raisons idéologiques”.

“Ce genre de coups explique pourquoi tant de défenseurs respectés des droits humains ont quitté Amnesty International”, a-t-il asséné.

Le ministre a accusé la direction d’Amnesty de “banqueroute morale” et toute l’organisation de “dégénérescence et de politisation”.

En février, Bush avait annulé une visite en Suisse, après que des appels similaires à son arrestation y avaient été lancés.
La branche canadienne d’Amnesty poursuivrait son action auprès des gouvernements d’autres pays

Le secrétaire général de la branche canadienne d’Amnesty, Alex Neve, a déclaré mercredi lors d’une conférence de presse que l’organisation poursuivrait son action auprès des gouvernements d’autres pays que l’ancien président envisagerait de visiter.

“Les tortionnaires doivent être poursuivis en justice et leurs crimes sont si flagrants que la responsabilité des poursuites incombe à toutes les nations”, a-t-il dit.
“On doit arrêter la torture. Poursuivre en justice les personnes coupables de torture est essentiel pour attendre cet objectif. C’est la loi… Et personne, y compris l’homme ayant été pendant huit ans président de la plus puissante nation du monde ne saurait être au-dessus de cette loi”.
Les accusations d’Amnesty, qui est soutenue par une ONG canadienne, le Groupe international de surveillance des libertés civiles, concernent notamment le programme secret de la CIA appliqué entre 2002 et 2009 qui infligeait aux détenus, selon l’organisation, “la torture et d’autres traitements cruels, inhumains et dégradants, ainsi que des disparitions forcées”.

images-arrestation-bush.jpg

Elles reposent sur des documents publics, des documents américains obtenus grâce à la loi sur la liberté d’information, les mémoires de M. Bush et un rapport de la Croix-Rouge critiquant la “guerre contre le terrorisme” lancée par l’ancien président américain.

Pendant sa présidence, relève encore Amnesty, Bush avait autorisé des “techniques renforcées d’interrogation”, dont la simulation de noyade.

Posted in POLITIQUE ACTUALITE VERITE JUSTICE | Réagir »



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | articles | blog Gratuit | Abus?